Comment fonctionne Bitcoin ? - Bitcoin.fr

(Monde) Le bitcoin en cinq questions | Cette monnaie virtuelle se répand de plus en plus et intéresse entreprises comme Etats. Mais comment fonctionne-t-elle ?

submitted by Mukhasim to UMukhasimAutoNews [link] [comments]

[FranceInfo] Comment fonctionnent les monnaies virtuelles comme le Bitcoin ?

[FranceInfo] Comment fonctionnent les monnaies virtuelles comme le Bitcoin ? submitted by razibuzouzou to BitcoinFrance [link] [comments]

Faut-il investir dans le Bitcoin et dans les cryptomonnaies ?

Commençons directement par la réponse : non. Tu ne devrais pas investir dans le bitcoin.
Et au cours des prochaines minutes, tu vas comprendre pourquoi le Bitcoin, et les cryptomonnaies en général, ne sont pas juste de mauvais placements, mais surtout les pires placements qui existent pour ton argent.
Pour faire un millionnaire du Bitcoin, ce sont des dizaines, des centaines voire des milliers de personnes qui doivent perdre beaucoup voire tout leur argent. Ce fonctionnement économique s'appelle le jeu à somme nulle. Où la somme des gains et des pertes de tous les joueurs est égale à 0. C'est à dire que le gain de l'un constitue obligatoirement une perte pour l'autre.
Voici maintenant les 3 raisons pour lesquelles je n’investis pas dans le Bitcoin.
Premièrement, si tu ne sais pas ce qu'est le bitcoin ou comment ça fonctionne exactement, et bien c'est la première raison pour laquelle il ne faut pas que tu achètes du bitcoin. Connaitre et comprendre dans quoi tu investis est une des règles fondamentales de l'investissement.
Pour ceux qui croient vraiment que la blockchain est l'avenir, investir intelligemment serait d'investir dans les entreprises qui utilisent ou vont utiliser cette technologie pour révolutionner leur domaine.
Deuxièmement, si en tant qu'investisseur, ton objectif c'est de générer des revenus passifs, le Bitcoin ne te servira pas plus qu'acheter des cailloux. Un vrai investissement est quelque chose qui produit de la valeur et/ou génère des revenus et qui, en théorie, tu pourrais ne jamais avoir besoin de revendre. Une action par exemple génère des dividendes, un prêt ou une obligation génère des intérêts, un appartement génère un loyer et un like sur cette vidéo génère des vues ;).
Bref, un investissement doit avoir une vraie valeur et pas seulement un beau nom. Les cryptomonnaies quant à elles ne génèrent rien du tout et ne font rien d'utile.
Quand tu achètes du bitcoin, tu fais de la spéculation. Et si ta stratégie est de construire ta richesse sur long terme, comme moi, alors la volatilité du bitcoin n'est pas faite pour toi. Le seul objectif qu'ont les spéculateurs, c'est d'espérer trouver une autre personne prête à acheter pour plus cher. Qui à son tour va attendre jusqu'à trouver une autre personne prête à acheter pour encore plus cher. Et ainsi de suite. Jusqu'à la dernière personne qui n'arrive pas à trouver plus folle qu'elle. Et là, tout s'écroule.
La troisième raison pour laquelle il ne faut surtout pas investir dans le bitcoin et les crypto-monnaies est parce qu'elles n'ont aucune valeur réelle et n'en auront, probablement, jamais.
Pourtant sur le papier, tout indique le contraire. Le bitcoin est artificiellement limité à 21 millions d'unités, ce qui en ferait quelque chose de rare jusqu'à devenir le nouvel or digital ou encore mieux, la nouvelle monnaie globale.
Pour que le bitcoin devienne une vraie monnaie, il a besoin de 3 choses : - Être facilement échangeable entre les gens. - Être accepté par tous, y compris et surtout par le gouvernement. - Et enfin avoir une valeur stable qui ne fluctue pas.
Le bitcoin ne coche aucune de ces 3 cases. Et le deuxième point est sans doute le plus important. Ce n'est pas demain que des états comme la France ou les Etats-Unis vont accepter une monnaie anonyme et qui permet l'évasion fiscale.
Sans compter la difficulté et les gros risques de stockage de tes cryptomonnaies. Aujourd'hui, ta banque est responsable de ton argent. Si demain, t'as l'équipe de Casa de Papel qui vient lui dire bonjour, c'est pas très grave car ton argent est garanti par une très grosse assurance. Alors qu'avec les cryptomonnaires, tu es l'unique responsable de ton portefeuille. Tu es tout seul si tu te fais hacker ou cambrioler. Ce genre d'histoires arrive tous les jours avec des millions d'euros qui sont volés en équivalent bitcoin.
Est-ce que la vidéo t'a plu ? Dis moi ce que t'en penses en commentaires. Démolis-moi ce bouton LIKE et abonne-toi.
Un gros MERCI et on se retrouve au sommet
Source : Sébastien. #SebastienKoubar #InvestirBitcoin #RevenuPassifs
https://www.youtube.com/watch?v=sSbaXBZVvGo
submitted by Usefmohamed to u/Usefmohamed [link] [comments]

Minter est un nouveau format pour les relations numériques entre les personnes.

Minter est un nouveau format pour les relations numériques entre les personnes.

https://preview.redd.it/i5n1yqp3jwl51.png?width=1200&format=png&auto=webp&s=e0c0c959eae179abfdf29d83a0a29e76f9ce74dc
Heureux de vous accueillir, cher ami. Aujourd'hui, je voudrais faire une revue du projet appelé «Minter Network», pour vous présenter toutes ses capacités pour une compréhension maximale.
Donc, un peu d'histoire. J'ai personnellement découvert la blockchain «Minter» avant son lancement officiel. C'était en octobre 2018. J'ai travaillé dans un studio de développement qui travaillait sur des projets sur la blockchain. Il y avait une équipe de gars intelligents et intelligents qui étaient toujours à jour avec toutes les nouvelles du monde de la cryptographie. Il y avait donc des informations sur le lancement prochain de la blockchain «Minter», qui nous a intéressé.
Je suis devenu investisseur Minter à l'automne 2018 au début. Le cœur de réseau de la blockchain Minter a été lancé le 15 mai 2019.

https://preview.redd.it/xqee9t49jwl51.png?width=1200&format=png&auto=webp&s=e50a2189a7fa2bb47c62b864ba072269351dad73

Qu'est-ce qu'un "Minter"?

À partir d'un document officiel, «Minter» est une blockchain qui permet aux particuliers, aux projets et aux entreprises d'émettre et de gérer leurs propres pièces, ainsi que de les vendre au juste prix du marché avec une liquidité absolue et instantanée.
La blockchain Minter fonctionne sur le moteur Tendermint, la technologie derrière le projet Cosmos Network, et utilise un algorithme de consensus appelé DPoS (Delegate Proof-of-Stake, «Délégation de preuve de participation»). Ce fait indique que «Minter» sera automatiquement compatible avec de nombreux projets existants et futurs de cet écosystème prometteur.
L'idéologie de Minter est basée sur le travail scientifique d'économistes célèbres: le lauréat du prix Nobel d'économie Friedrich von Hayek a fait valoir que l'argent n'est qu'un type d'information et doit donc être dénationalisé et donc produit par toute personne physique ou morale, et John Maynard Keynes a proposé une nouvelle une monnaie de réserve mondiale appelée le banquier, qui deviendrait l'unité de compte internationale pour la liquidité du commerce international.

https://preview.redd.it/pq6q15vajwl51.png?width=725&format=png&auto=webp&s=27dee3997a4f2a8ef3ff98e1f260a70d984359b1

BIP - la principale crypto-monnaie du réseau Minter

Le jeton natif de Minter est appelé BIP, qui signifie Blockchain Instant Payment. Son objectif est de satisfaire les besoins du marché réel, notamment des transferts rapides entre utilisateurs, de faibles commissions (voire leur absence) et, bien sûr, une offre solide de pièces d'un montant de 10 milliards de BIP.
Pour l'utilisateur final, le BIP offre d'énormes avantages compétitifs par rapport aux pièces conventionnelles: les transferts sont effectués en quelques secondes, et le volume des transactions est de dizaines de milliers par minute; la commission moyenne est bien inférieure à 1 cent et peut ne pas être facturée du tout; les noms d'utilisateur peuvent être utilisés comme adresses.
La vitesse de traduction est vraiment impressionnante. Littéralement 2 secondes, et les pièces que vous avez envoyées sont déjà sur un autre portefeuille. Cette propriété est comparable au paiement dans un magasin avec une carte de crédit, lorsque le processus d'envoi de fonds se produit instantanément.
Le nombre maximum de jetons sera de 10 milliards; la distribution devrait être achevée à une altitude de 43 702 611 blocs en sept ans environ.

Un service de création de vos propres pièces à la disposition de chaque utilisateur

Le réseau Minter vous permet de créer des pièces personnalisées avec une réserve de BIP, qui peuvent être instantanément reconverties en BIP ou en d'autres pièces émises sur le réseau.
Immédiatement après sa création, les pièces auront une valeur réelle, fournie par une réserve du BIP et des formules économiques. De plus, la réserve crée une liquidité absolue et instantanée pour tous les acteurs du marché, car n'importe quelle pièce peut être échangée contre une autre en quelques secondes et sans intermédiaire. Étant donné que Minter fait partie du réseau Cosmos, les pièces peuvent également être échangées contre Bitcoin (BTC) et Ether (ETH), ainsi que toute autre crypto-monnaie utilisant la technologie de swap atomique.

https://preview.redd.it/x7564mgdjwl51.jpg?width=1300&format=pjpg&auto=webp&s=89035bf124c1145313ed8e2f68e5d2a3b362ac19

Qu'est-ce que le masternode?

Masternode - est un serveur sur un réseau décentralisé. Il est utilisé pour effectuer des fonctions uniques que les nœuds ordinaires (incomplets) ne peuvent pas exécuter. Il s'agit de transactions directes / instantanées ou de transferts privés.

Qui sont les validateurs?

Minter Blockchain s'appuie sur un ensemble de validateurs chargés de générer de nouveaux blocs dans la blockchain. Les validateurs participent à un protocole de consensus en transmettant des votes contenant des signatures cryptographiques signées par la clé privée de chaque validateur.
Les validateurs et leurs délégués reçoivent le BIP en tant que récompenses en bloc ainsi qu'en commissions.

Qui sont les délégués?

Tout utilisateur du réseau peut déléguer son BIP, ainsi que toutes les pièces émises sur le réseau Minter, à des masternodes et recevoir des récompenses pour la validation des blocs et des commissions des transactions effectuées sur le réseau. Le revenu est divisé proportionnellement au steak entre tous les délégants, moins la commission du propriétaire du masternode.

Intégration avec Telegram Open Network

Dès le tout début des travaux sur la blockchain Minter, les créateurs se sont fixé comme objectif principal de créer la crypto-monnaie la plus simple, l'argent numérique. En conséquence, l'idée a évolué un peu plus loin: les développeurs veulent atteindre le niveau où toutes les pièces du réseau Minter peuvent être librement échangées les unes contre les autres, Bitcoin, éther et même USD.
Pour atteindre cet objectif, nous attendons tous ensemble la sortie de TON, qui est malheureusement reportée en raison des actions de la SEC.

Comment utiliser la crypto-monnaie BIP dans la vraie vie?

Minter crée un écosystème autour de lui, dont le but est d'utiliser le BIP dans la vie réelle, sans avoir besoin de convertir des pièces en monnaies fiduciaires. Un certain nombre de services ont déjà été créés qui vous permettent de manger pour le BIP, de commander des marchandises sur AliExpress, de reconstituer le solde de votre téléphone, de laver votre voiture, de payer un abonnement IVI, etc.
OUI OUI OUI! Pas besoin de vendre BIP en fiat, vous pouvez payer directement avec BIP.
Ici vous pouvez voir les endroits où ils acceptent le BIP
https://mintermap.com
La liste des lieux est constamment mise à jour.

https://preview.redd.it/3v1hjdkfjwl51.jpg?width=1000&format=pjpg&auto=webp&s=5f1e4184000504c91a8acbc0b7eb29121b82e09a
Comment devenir membre de l'écosystème Minter?
Pour devenir membre du Minter Network, vous devez enregistrer un portefeuille dans le système. Cela se fait très simplement en utilisant la console sur le site officiel - https: //console.minter.network
Plus important encore, conservez la phrase de départ dans un endroit sûr, sans elle, vous pouvez perdre l'accès à votre portefeuille pour toujours.
Plus d'informations peuvent être obtenues sur le site Web - https://help.minter.network
Cette revue vous a présenté la blockchain, dont l'écosystème est déjà uni par de vrais modèles commerciaux, un millième public d'utilisateurs actifs, la possibilité de créer votre propre crypto-monnaie en quelques minutes, et surtout, l'utilisation réelle de la crypto-monnaie dans la vie. Merci de votre attention et familiarisez-vous avec le nouvel outil. Rejoignez-nous maintenant. We mint coins.
submitted by provincialniy74 to u/provincialniy74 [link] [comments]

Comment savoir si on peut avoir confiance dans Bitcoin ?

Comment savoir si on peut avoir confiance dans Bitcoin ?
Cette excellente question vient d'un utilisateur et si vous êtes novices vis-à-vis de Bitcoin alors vous partagez très certainement ses interrogations:
Le problème avec tous ces machins, c'est que ça nécessite un niveau de connaissance informatique élevé pour comprendre comment ça fonctionne, qui l'opère etc . Je ne suis pas du tout computer illiterrate mais c'est bien au dessus de mon niveau de familiarité et donc j'ai l'impression de foutre les pieds dans un far west dans lequel des bandits et des vendeurs d'huile de serpent peuvent me tomber dessus à tout moment.
Qui développe ces trucs? Qui les teste pour savoir si ils sont pas vérolés? Qui garanti la stabilité de ces "structures"? Qui garanti l’honnêteté des opérations (quelles qu'elles soient)? Qu'est ce qui me dit que ces machins sont pas déjà infiltrés par les états/les mafias ? etc etc . Bien trop de questions qui fait qu'on préfere rester avec le diable qu'on connait.-u/stanhx42
Et vous avez tout a fait raison!
C'est pourquoi j'invite tout le monde a ne pas investir mais surtout a tester les applications gratuites et déjà fonctionnelles qui peuvent améliorer votre vie. De cette manière il n'y a rien a perdre.
Après ça, quelques bases de connaissances en cryptographie permettent de s'assurer que les maths qui sont derrières tiennent la route de telle sorte que peu importe qui développe ou est derrière, on est en sécurité sur la possession de ses clés privées (équivalent d'un mot de passe mais qui sécurise des bitcoins) ou par exemple avec le chiffrement des emails. En plus votre mail actuel ne chiffre même pas vos e-mails puisqu'il les lis pour les revendre afin de vous afficher de la pub ciblé. Donc rien a perdre et tout a gagner tant qu'on investit pas d'argent ;)
Des exemples d'applications Bitcoin que vous pouvez essayer dès aujourd'hui gratuitement ?
Essayez Twetch ou Baemail ou allez voir du coté du MetaStore qui contient de nombreux exemples d'applications permettant de gagner des bitcoins sans jamais avoir à en acheter
submitted by zhell_ to BitcoinSVFrance [link] [comments]

Quelle est la valeur intrinsèque de Bitcoin ? que veut dire "posséder ses données" ?

La valeur intrinsèque de Bitcoin est la valeur que vous accorderiez à la liberté de posséder vos propres données numériques. Nous sommes nombreux à ne pas encore être habitués à cette liberté, tout comme nous n'étions pas habitués aux téléphones portables ou à Internet, mais une fois que nous en aurons fait l'expérience, nous nous demanderons comment nous avons pu vivre sans elle!
Mais que veut vraiment dire "posséder ses données" ?

Posséder vos données, c'est posséder votre avenir

L'informaticien britannique Tim Berners-Lee est crédité pour avoir inventé le Web en 1989 lorsqu'il a mis en œuvre la première communication réussie entre un client Hypertext et un serveur via Internet.
Et oui car il y a bien une différence entre le Web et Internet. Le Web est le système qui permet de naviguer de pages en pages en cliquant sur des liens dans un navigateur. Internet est le réseau ou l'infrastructure et le Web est un service sur ce réseau. Aujourd'hui le terme Internet est souvent utilisé comme englobant les deux.
Tim Berners-Lee avait ceci à dire à propos de la propriété des données: «Les clients doivent avoir le contrôle de leurs propres données - ne pas être liés à un certain fabricant, de sorte qu'en cas de problème, ils sont toujours obligés de revenir vers eux.»
Il décrit là des sites comme Facebook ou Twitter, mais si même le créateur du web nous explique que les sites les plus utilisés aujourd'hui ne respectent pas la propriété des données, que pouvons nous y faire ?

Posséder vos données, c'est aussi éviter de vous faire manipuler

"Posséder vos données, c'est posséder votre avenir." Cela semble assez simple. Mais pensez à la signification réciproque de cette déclaration. Si quelqu'un d'autre possède vos données, quelqu'un d'autre est propriétaire de votre avenir. Oui, c'est une pensée effrayante.
On peut penser que posséder ses données se limite au contenu que vous créez, mais ce n'est pas vrai. Des sites comme Facebook, Google ou Twitter sont désormais bien connus pour avoir un pris un rôle de contrôleurs et manipulateurs de l'information. Pour donner un exemple il a été prouvé que Google manipule les résultats de recherches, un employé qui à travaillé chez google pendant 8 ans avoue:
"J'ai vu quelque chose de sombre et de néfaste se passer dans l'entreprise et j'ai réalisé qu'ils allaient non seulement fausser les élections mais aussi utiliser cette falsification pour essentiellement tenter de renverser le pays." interview complète ici (en anglais)
Posséder ses données, c'est donc tout autant posséder le contrôle sur les algorithmes que vous utilisez pour vous informer.
Maintenant, je veux parler du contrôle que la propriété de vos données vous donne et comment commencer à récupérer ce pouvoir dès maintenant.

Comment Bitcoin peut vous redonner le pouvoir sur vos données

Vos données personnelles et financières sont empruntées, utilisées, volées et vendues à un rythme alarmant. Les pirates informatiques ont accédé à des données sensibles de clients de Yahoo (1 milliard), eBay (145 millions) ou encore Uber (57 millions). Equifax, la société que nous payons pour assurer la sécurité de nos données financières, a commis une faille où 143 millions de personnes se sont fait voler leur numéro de sécurité sociale, leur adresse et leur numéro de permis de conduire. Facebook possède des données personnelles sur 32% de la population mondiale.
Alors que la plupart des données sont transmises volontairement en échange d'une utilisation gratuite ou à prix réduit des services en ligne, le sentiment du marché semble évoluer en faveur de solutions plus privées où les utilisateurs conservent un plus grand contrôle sur leurs données.
Même si la demande de propriété des données semble crédible, aucune alternative n'est apparue ou n'a gagné du terrain pour le moment. Le manque de concurrence envers les géants de la monétisation des données comme Facebook et Google peut indiquer des problèmes plus fondamentaux avec nos vies en ligne.
Le rôle de la blockchain dans la propriété des données n'est pas une idée nouvelle. De nombreuses cryptomonnaies ont inclus la propriété ou la monétisation des données dans leur raison d'être. Cette vision a largement échoué à se concrétiser. Le principal problème lié à ces solutions est leur incapacité à passer à l'échelle. Mais cela est en train de changer.
De toutes les principales versions de Bitcoin, il y en a une qui accorde la plus grande importance au passage à l'échelle. Le principal moyen de grandir a été de supprimer les limitations imposées par d'autres versions de Bitcoin et de revenir le plus fidèlement possible au protocole original. Nous pensons que cette conception originale aligne les incitations économiques pour permettre à la blockchain de s'adapter à la demande actuelle ou anticipée. Ce point de vue a été largement confirmé. Après avoir fonctionné de manière indépendante depuis 2018, le débit maximal est déjà 2000 fois supérieur à celui du leader du marché. À grande échelle, Bitcoin peut être utilisé comme plus qu'un registre de transactions financières. Les transactions Bitcoin peuvent inclure tout type de données. Maintenant, cette version est la seule incluant activement des données non financières sur la blockchain comme cas d'utilisation majeur. En fait, beaucoup de participants de cet écosystème considèrent le stockage de données non financières comme le principal cas d'utilisation de Bitcoin.
Découvrez toutes les applications Bitcoin sur le MetaStore.
En raison de cette échelle supérieure et croissante, les entrepreneurs affluent. Parmi les problèmes rencontrés par cette nouvelle génération de penseurs de Bitcoin, il y a le manque de contrôle des utilisateurs sur leurs données personnelles. Alors que la capacité de Bitcoin continue d'augmenter, son rôle dans un futur où la souveraineté des données est largement disponible devient de plus en plus important. Avec Bitcoin en tant que système de paiement mondial, de backend d'applications, de base de données et d'enregistrement horodaté immutable, l'avenir de l'économie des données est l'une des nombreuses autres options pour les particuliers et les entreprises - un avenir d'opportunités économiques accrues.
Qu'est-ce que la propriété des données sur Bitcoin?
La beauté de l'information est que vous pouvez la donner à quelqu'un d'autre sans la perdre vous-même. Les avantages en sont évidents, mais cela pose des problèmes de sécurité difficiles. Chaque fois que vous partagez des informations avec quelqu'un, il y a un risque qu'il les expose à quelqu'un que vous ne voudriez pas. Bitcoin ne peut pas résoudre ce problème, bien qu'il puisse augmenter l'efficacité des contrats autour de la gestion des données et de l'application de ces contrats. Ce que Bitcoin peut faire, c'est réduire considérablement le besoin de transmettre vos données personnelles en premier lieu. Pour certains, moins il y a d'entreprises qui disposent de leurs données, mieux c'est. Pour tout le monde, moins il y a d'entreprises qui ont leurs données, moins les données sont volées par des pirates. En plus de réduire la nécessité pour les applications de collecter des données, Bitcoin facilite également le dégroupage des applications du stockage de données. Cela donne aux utilisateurs un meilleur contrôle sur leurs données et crée un paysage d'applications plus compétitif. Enfin, Bitcoin offre aux entreprises confrontées à des coûts de gestion des données augmentant rapidement, un moyen simple de maintenir la qualité des produits sans avoir à conserver les données personnelles des utilisateurs.
Les micropaiements pour nous libérer de la publicité
D'un point de vue commercial, le but de la plupart des collectes de données est de vendre des publicités. Les publicités sont omniprésentes dans notre expérience en ligne. En fait, il est difficile d'imaginer la vie sans publicités ciblées sur chaque page. Cependant cela ne signifie pas que la publicité est un modèle naturel ou efficace pour générer des revenus en ligne.
Notre réalité dominée par la publicité découle de nos options de paiement limitées en ligne. Les paiements par carte de crédit sont la norme. Les frais commencent souvent à 0,30€, ce qui rend les petits paiements économiquement irréalisables. Même sur le géant chinois des paiements Alipay, la plus petite taille de paiement possible est de 1 CNY soit environ 0,15€. Parce que les options de paiement sont limitées et coûteuses pour les montants inférieurs à 5€, il est souvent difficile de facturer des informations, qui ont régulièrement une valeur commerciale en centimes ou même en microcentimes.
Considérez cette question. Dans l'économie actuelle, quelle vidéo est la plus intéressante à créer:
- une vidéo où 100 millions de personnes paieraient 0,1 centime pour voir
- une vidéo que 100 personnes paieraient 1 000€ pour voir
- ou une vidéo que 1 million de personnes paieraient 1€ pour voir?
La valeur pour les consommateurs de la vidéo à 1€ est la plus élevée d'un facteur 10, mais c'est la moins précieuse pour le producteur dans l'environnement de paiement actuel. Il est impossible de collecter 1€ auprès d'un million de personnes lorsque 10 millions de vues sur une vidéo YouTube génèrent environ 0,01 centime par clic et que les solutions existantes fonctionnent pour le contenu premium. Du point de vue de l'annonceur, la capacité à générer des clics est bien plus importante que la valeur réelle pour le consommateur.
Combien paieriez-vous pour une recherche Google? Ce n'est probablement pas 1€, mais cela pourrait facilement être 1c (1centime). À 20 recherches par jour, 1c par recherche génère un coût de 73€ par an. Les consommateurs préfèrent-ils ce coût à la remise de l'intégralité de leur historique de recherche à Google? Un meilleur produit de recherche peut-il être proposé si les revenus sont générés par recherche plutôt que par le biais d'un modèle d'annonce? Les réponses à ces questions ne viendront pas tant que de meilleures solutions de paiement ne seront pas largement utilisées. La bonne nouvelle est que la technologie de paiement existe aujourd'hui dans Bitcoin (BSV).
Les frais de transaction Bitcoin (BSV) médians sont actuellement de 0.00035€ et en baisse. Des applications comme Money Button rendent le paiement avec Bitcoin extrêmement facile. La conversion vers et depuis Bitcoin (BSV) entraîne toujours des coûts conséquents, mais comme de plus en plus d'utilisateurs sont disposés à en détenir, l'efficacité des micropaiements en tant que moyen de générer des revenus en ligne augmente. Alternativement, il peut être utilisé comme backend pour les versions tokenisées de monnaies fiduciaires qui peuvent également bénéficier des faibles frais sur le réseau Bitcoin. Alors que le coût d'envoi continue de baisser, le modèle publicitaire sera mis à l'épreuve. Les géants financés par la publicité peuvent-ils concurrencer les entreprises qui facturent des tarifs extrêmement bas pour leurs services? Les produits financés par la publicité peuvent-ils concurrencer l'expérience utilisateur d'une alternative qui tire la majorité de son financement de micropaiements? Pour certains utilisateurs, la réponse est certainement non. Pour ces utilisateurs, le besoin de transmettre leurs données personnelles est considérablement réduit, ce qui signifie une expérience de commerce en ligne beaucoup plus privée et sécurisée.
Dissociation les données des applications, le secret du Metanet
La plupart des applications impliquent aujourd'hui de consommer, générer, partager ou modifier des données. Ces données dynamiques sont de plus en plus stockées sur des serveurs cloud privés plutôt que sur une machine locale. Les serveurs basés sur le cloud offrent beaucoup d'efficacité, mais nous devons transmettre nos données pour profiter de ces gains d'efficacité.
Bitcoin est comme un serveur cloud surpuissant. Il existe de nombreux processeurs de transactions Bitcoin à travers le monde. Chacun est incité à conserver une copie complète de la base de données des transactions. Bitcoin donne à vos données une redondance implicite et une livraison facile puisque le réseau est mondial. De plus, il devient constamment plus efficace et moins coûteux à utiliser. Bitcoin est en passe de devenir le plus grand CDN (réseau de diffusion de contenu) de la planète. De plus, il est immutable. Cela signifie que nous pouvons être sûrs que les données stockées sur la blockchain Bitcoin aujourd'hui seront pour toujours inchangés. Les implications de cela vont de l'avantage apparemment insignifiant de faire des liens morts une chose du passé à l'avantage plus profond d'avoir un enregistrement de la vérité. Cette propriété d'immutabilité n'est pas vraie pour les opérateurs de cloud privé qui peuvent facilement modifier, perdre, supprimer ou supprimer l'accès aux données des utilisateurs. Ajoutez à ça la création de plusieurs honeypot de données, c'est-à-dire une grande concentration de données sur un seul système, pour attirer les hackeurs. Même des géants du web comme Target ont démontré une sécurité des données incroyablement inférieure aux normes avec des pirates informatiques utilisant des données de carte de crédit non cryptées aussi récemment qu'en 2015.
Comment le Metanet peut mieux protéger votre vie privée
À première vue, les données stockées sur une blockchain publique peuvent sembler beaucoup moins privées que les données stockées sur un cloud comme AWS (Amazon Web Services). Cependant, même si les données Bitcoin peuvent être lues par n'importe qui, des techniques simples peuvent être utilisées pour faire de la blockchain un endroit extrêmement privé et sécurisé pour le stockage de données. Les techniques de cryptage standard permettent de stocker les données de manière cryptée et privée. Les utilisateurs de Bitcoin peuvent également générer une nouvelle paire de clés publique et privée pour chaque transaction. Cela signifie que les divers composants de l'ensemble de données d'un individu peuvent être liés à des adresses distinctes qui ne peuvent pas être connectées à moins que cet individu ne fournisse un moyen de le faire. De nouvelles techniques sont constamment développées pour accroître la souveraineté des données. Prenons comme exemple les preuves à connaissance nulle. Initialement appliquées à la blockchain pour prouver des fonds suffisants pour le paiement sans révéler le total des fonds, ces preuves à connaissance nulle peuvent être utilisées pour exécuter des fonctions telles que prouver son âge sans exposer sa date de naissance!
Libérez vos données des réseaux sociaux
Le stockage de données sur la blockchaine peut servir de police d'assurance contre des entreprises puissantes comme Facebook, dont les taux d'approbation ont chuté en dessous de 50% dans un sondage de mars 2018. Même avec un public aigri sur les pratiques commerciales de Facebook, relativement peu de personnes ont quitté leur plate-forme. Pourquoi? Vos données sont retenues en otage: extraire vos amis, vos photos, vos statuts et tout le reste sur une autre plate-forme n'est pas faisable. Si ces données étaient stockées sur la blockchain, elles le seraient.
Twetch , une nouvelle startup similaire à Twitter, est basée sur Bitcoin. L'interface utilisateur est similaire, mais il existe deux différences majeures. La première différence est que toutes les données sont stockées sur la blockchain. Cela signifie qu'un utilisateur insatisfait pourrait conserver ses tweet si un concurrent émergeait. Il est même possible pour plusieurs entreprises de servir le même ensemble de données et de rivaliser sur la conception, les fonctionnalités ou le prix. Les techniques de cryptage pourraient également être utilisées pour autoriser sélectivement différentes plates-formes pour des éléments de contenu spécifiques. Twetch utilise également des micropaiements pour fournir une expérience utilisateur supérieure. En facturant quelques centimes pour les tweet, les suivis, les likes et les commentaires, le coût du spam de Twetch avec des faux comptes et des likes devient prohibitif, ce qui réduit le spam à zéro. De plus, étant donné que la majeure partie de ces paiements va au créateur de contenu, un twetcher populaire peut gagner de l'argent s'il produit du contenu apprécié par ses abonnés.
La plus grande base de données jamais créée
En fin de compte, nous nous attendons à ce que le stockage sur blockchain soit moins cher que l'utilisation de fournisseurs de services cloud comme AWS. Nous pensons que les économies de coûts et la souveraineté accrue des données conduiront à une migration massive vers des applications stockant des données sur la blockchain sur un horizon de 5 à 10 ans. Le stockage des données au même endroit conduit à d'autres gains d'efficacité difficiles à imaginer dans le paradigme actuel.
Nous nous attendons à ce qu'une efficacité similaire émerge parmi les applications. L'interopérabilité des applications devient beaucoup plus facile car les données sont stockées sur Bitcoin, ce qui permet aux innovations d'interfaces utilisateurs de proliférer. Les méthodes innovantes de distribution des données à partir de la plus grande base de données jamais créée proliféreront dans l'économie Bitcoin. Le PDG de Planaria Corp prédit que BitcoinSV sera la solution au problème mondial des données et il construit les outils pour débloquer cet avenir de données basé sur Bitcoin.
Faciliter la conformité en laissant les utilisateurs libres
Les lois européennes sur la confidentialité GDPR, la loi brésilienne LGPD et les lois californiennes sur la confidentialité des consommateurs peuvent être une réaction aux scandales Cambridge Analytica et Facebook, mais elles entraînent également d'énormes amendes et des coûts de conformité qui changent le paysage technologique, en particulier la façon dont les entreprises gèrent les données. Les entreprises doivent utilisent de nouvelles technologies de stockage pour empêcher les données de traverser les frontières afin de se conformer aux nouvelles lois.
Les entreprises qui offrent des tarifs plus compétitifs aux utilisateurs grâce à la blockchain mèneront à l'adoption de Bitcoin en tant que backend d'application public contrôlé par les utilisateurs. La possibilité de facturer de petits paiements plutôt que de monétiser les données personnelles est une autre aubaine pour les entreprises qui cherchent à réduire les coûts de conformité.
La deuxième naissance de Bitcoin
Aux débuts de Bitcoin, les paiements classiques ressemblaient à une industrie en retard sur le reste du monde, une cible facile pour innover via la blockchain. En refusant de se développer de manière agressive, Bitcoin (BTC) a laissé tomber sa chance en laissant la place à une nouvelle génération de startups fintech qui sont venues combler le vide. Mais les problèmes mondiaux liés aux données ne seront probablement pas résolus aussi facilement.
Les plus grandes entreprises du monde sont inextricablement liées à un modèle de revenus publicitaires basé sur les données. Sans Bitcoin, il n'y a aucun moyen pratique de résoudre ces problèmes fondamentaux. Bien que le rôle de Bitcoin dans l'augmentation de la souveraineté des données n'ait pas réussi à atteindre un large public à ce stade, son potentiel est clairement perçu par les entrepreneurs. Certains de ces entrepreneurs cherchent à utiliser Bitcoin depuis des années mais ont été contrariés par les caprices des développeurs du protocole de BTC. D'autres entrepreneurs ont trouvé la vision de BitcoinSV de la blockchain en tant que base de données mondiale beaucoup plus captivante que le concept d'or numérique de BTC. Ce qui unit tous ces entrepreneurs, c'est la conviction que Bitcoin à grande échelle changera la nature de la façon dont les individus traitent et interagissent avec leurs données.

Découvrez Twetch ou Baemail ou découvrez toutes les applications Bitcoin sur le MetaStore
submitted by zhell_ to BitcoinSVFrance [link] [comments]

Bitcoin est-il trop difficile à comprendre ?

J’ai passé une grande partie des trois dernières années à expliquer Bitcoin au grand public et la résistance la plus courante qu’on m’a opposée c’est que « Bitcoin est trop compliqué » et que « les masses ne comprendront jamais ».
C’est un argument valable. Bitcoin est compliqué et si vous voulez obtenir à une vision complète du panorama, il faudra d’abord connaitre l’Histoire de la monnaie puis comprendre le fonctionnement des réseaux peer-to-peer et de la cryptographie.
C’est pour cette raison que je trouve étrange d’entendre des amis affirmer que Bitcoin est « inévitable ». On semble croire qu’un jour le grand public comprendra soudainement les mérites de Bitcoin et l’adoptera par lui-même. Ce n’est certainement pas ce qui m’est arrivé. Pour comprendre Bitcoin j’ai dû passer des heures à lire des articles, des livres, à écouter des podcasts, à regarder des vidéos et à débattre des concepts sous-jacents sur des forums. Peut-être que si Andreas Antonopolous n’avait pas mis en ligne 500 vidéos ou que Nathaniel Popper n’avait pas écrit Digital Gold, je ferais aujourd’hui partie de ceux qui considèrent que Bitcoin est une escroquerie.
La croyance inverse c’est que Bitcoin est tout simplement trop compliqué pour que de simples mortels le comprennent, et que l’adoption de masse ne se produira que lorsque Bitcoin et le Lightning Network sont si simples que les grand-mères pourront l’utiliser. Dans The Gates of Bitcoin, John Carvalho appelle cela « l’erreur du rasoir de grand-mère » : la croyance qu’une culture élitiste doit envelopper tout nouvelle technologie pour « protéger » les gens d’eux-mêmes. Il souligne également : « Heureusement, les humains ont démontré leur capacité à comprendre n’importe quoi quand ils ont une motivation suffisante pour le faire. »
Nous avons vu cela se reproduire encore et encore dans les 11 ans d’histoire de Bitcoin. En 2011, Wikileaks a appris à utiliser Bitcoin très rapidement quand Visa, MasterCard, PayPal et Western Union ont suspendu ses comptes sous la pression du Sénat américain. Bien que Satoshi Nakamoto lui-même ait demandé à Wikileaks de NE PAS utiliser Bitcoin [NdT : pour ne pas attirer l’attention sur un projet qui lui semblait encore immature], Wikileaks l’a quand même fait et on estime que l’organisation a reçu environ 4000 BTC de dons. Non seulement ça a maintenu Wikileaks en vie malgré l’effort coordonné pour le tuer financièrement, mais ça lui a constitué un trésor qui lui permet de subsister aujourd’hui encore.
Un autre exemple, mon préféré, date de 2014. La Women’s Annex Foundation (WAF) en Afghanistan a utilisé Bitcoin pour payer ses membres pour leurs travaux de rédaction, de développement de logiciels et de montage vidéo. C’était sous le régime taliban et les femmes n’étaient pas autorisées à posséder des comptes bancaires, à gagner leur vie par elles-mêmes ou même à aller à l’école.
La motivation est une chose puissante. Quand c’est une question de vie ou de mort, les gens découvrent soudain qu’il n’est pas si difficile de télécharger une application mobile et de copier-coller une adresse. Bitcoin ne devient soudainement beaucoup plus simple.
Je veux revenir un peu plus sur la complexité de Bitcoin. Il y a des nuances à établir. Bitcoin est certainement difficile à comprendre, mais cela ne veut pas dire qu’il est difficile à utiliser. La plupart des gens peuvent conduire une voiture ou envoyer un email sans comprendre le moteur à combustion interne ou le protocole SMTP (Simple Mail Transfer Protocol). Et les deux sont sans doute considérés comme « trop compliqués » pour les masses.
L’idée même de « difficulté » peut être analysée. Je vais la décomposer en deux concepts : la difficulté technique et la difficulté perçue.
La difficulté technique est la compétence requise pour exécuter quelque chose, comme télécharger une application, conduire une voiture ou jouer du violon. Vous devez apprendre à utiliser l’outil. Les concepteurs peuvent (partiellement) réduire les compétences requises en créant des outils conviviaux, mais on ne peut s’en passer complètement. Pourtant, lorsque nous regardons le nombre de personnes qui peuvent conduire des voitures et utiliser les médias sociaux, nous voyons que des millions de gens, y compris des mamies, sont prêts à apprendre des opérations complexes si en échange ils peuvent se rendre au centre commercial ou débattre avec des anonymes sur Twitter.
La difficulté perçue est l’obstacle psychologique, c’est-à-dire la croyance que quelque chose est difficile. C’est quand on renonce à essayer de comprendre quelque chose parce que cela semble trop difficile. La difficulté perçue est omniprésente. Les gens prétendront qu’il est « trop difficile » de suivre un régime ou d’étudier pour un examen lorsque, même lorsque du point de vue de la difficulté technique, les choses sont faciles : Ne pas manger le gâteau, aller dans sa chambre et étudier. Le problème, ce sont les incitations. Les gens ne veulent pas étudier et veulent bouffer le gâteau. Les amener à changer de comportement n’a rien à voir avec la difficulté technique et tout à voir avec la motivation.
J’ai rencontré plusieurs fois ce type de difficultés dans Bitcoin. Les gens me disent souvent, par exemple, qu’ils ont acheté des bitcoins mais qu’ils les ont laissés sur un exchange. Et à chaque fois que j’expliquais que c’était une mauvaise idée [et que je leur suggérais de détenir eux-même leurs bitcoins], ils me répondaient : « C’est trop compliqué ». Cela m’a incité à écrire non pas un, mais deux articles. L’un pour expliquer pourquoi garder Bitcoin sur un exchange est une mauvaise idée, et l’autre pour expliquer comment configurer un portefeuille, en faisant aussi court et simple que possible. J’ai envoyé les deux articles à l’une de ces personnes. Finalement, elle a cédé, elle a téléchargé un wallet, sauvegardé sa phrase de récupération et a retiré ses bitcoins de l’exchange. « Ok, ce n’était pas si difficile », a-t-elle finalement convenu.
Avec Lightning, nous pourrions éventuellement être en mesure de réduire complètement la difficulté technique liée à l’utilisation de Bitcoin. Sur le Lightning Network, vous n’avez pas besoin de penser aux blocs, aux confirmations ou aux frais. À mesure que le réseau mûrit, vous n’aurez peut-être plus à vous soucier des canaux ou de leur capacité. Et avec des produits comme Strike, vous n’aurez peut-être même pas besoin de savoir que vous utilisez Lightning. L’ambition de Lightning est de fournir à terme une expérience utilisateur extrêmement simple tout en conservant la liberté et l’autonomie qui font l’intérêt et la réputation de Bitcoin. Mais même si cette situation était possible dès demain, la difficulté perçue resterait.
La bonne nouvelle est que la difficulté perçue est finalement une culture. Quand j’étais enfant, l’utilisation d’un ordinateur était considérée comme tellement ardue que vous aviez besoin d’un cours d’informatique pour être apte à en utiliser un. Aujourd’hui, vous êtes considéré comme fonctionnellement analphabète si vous ne pouvez pas utiliser un ordinateur à l’âge de dix ans. Mais les habitudes ne changent pas d’elles-mêmes. Nous devons être proactifs si nous voulons que Bitcoin devienne tout ce qu’il pourrait être pour ceux qui en ont besoin. Nous devons modifier sa perception et aligner les incitations.
submitted by PlasticQueasy6873 to u/PlasticQueasy6873 [link] [comments]

Procédure pour la migration en français

Note for admin, this post is for the french community. Some of us are not good enough in english to be 100% sure to understand everything about the blockchain migration to f(x). Please do not delete this post ;) Feel free to contact me if you need some clarifications.
Voici les informations que vous devez connaitre concernant la procédure de migration qui va commencer dans quelques jours.
Tout d’abord, un petit rappel sémantique, il faut bien faire la différence entre un « coin » et un « token », surtout que même l’équipe officielle de Pundi X se mélange les pinceaux et que ça complique la lecture des infographies. Donc, un « coin » est la « monnaie » « officielle » d’une blockchain. Par exemple le bitcoin, l’ether ou le komodo sont des « coins ». Ils évoluent sur la blockchain bitcoin, ethereum ou komodo. En parallèle, certaines blockchains – comme celle d’éthereum- permettent à des projets de créer des « tokens » ou « jetons» qui fonctionneront sur la blockchain officielle tout en gardant une relative indépendance. Ainsi toutes les cryptos ERC-20 sont des «tokens» de la blockchain Ethereum. Le projet de la migration de Pundi X, c’est de quitter la blockchain Ethereum pour une nouvelle qui s’appelle f(x). Le « coin » associé sera le f(x). Et sur cette blockchain il y aura deux « tokens » qui correspondront aux actuels NPXS et NPXSNEM.
Le but des prochains mois sera donc de faire passer TOUS les NPXS/NPXSNEM vers les nouveaux « tokens » (au nom relou de NPXSFX et NPXSNEMFX) qui évolueront dans une blockchain complètement indépendante d’Ethereum.
Je vais séparer le texte en deux parties, une première pour le fonctionnement modifié de l’airdrop et une seconde pour la migration.
  1. L’airdrop. Initialement on devait avoir une distribution mensuelle dégressive de NPXS/NPXSNEM jusqu’à fin 2020. En raison de l’avancée de la régulation gouvernementale des cryptomonnaies, Pundi X a décidé d’accélérer la distribution afin de pouvoir remplir son engagement du White Paper. En effet il y a un risque que dans un futur proche (<2020) il soit interdit/difficile de réaliser des airdrops. Donc Pundi X va distribuer l’intégralité des NPXS/NPXSNEM qui devaient l’être en 2 ans en seulement 3 mois. D’où une distribution mensuelle d’environ 11%. L’airdrop fonctionne sur les portefeuilles habituels comme d’hab, rien de nouveau. A priori idem pour ceux qui hold sur exchange (Binance et co.) mais bon… holder sur exchange c’est crétin donc je ne m’attarde pas là-dessus (une crypto sur exchange ne vous appartient pas). A la fin des 3 mois, TOUS les NPXS/NPXSNEM (moins les burns) seront en circulation, ça va donc faire un énorme apport de liquidité avec une belle dilution mais bon, c’est la vie.
  2. La migration. A partir du 10 mars commence le début de la migration vers la future blockchain f(x). Pour effectuer ceci, Pundi X met en place plusieurs façon pour le faire, que je détaille en dessous. Notez que je ne donne pas trop de dates ni de chiffres de distribution car ce n’est pas le but, DYOR.
a. Pour ceux qui se contrefiche d’avoir des « coin » f(x). Vous n’avez rien à faire dans un futur proche. Touchez vos airdrops et ensuite attendez. Lorsque la migration sera prête, vous aurez juste à convertir vos NPXS/NPXSNEM contre les nouveaux tokens NPXSFX/NPXSNEMFX au ratio 1 :1. C’est-à-dire que si vous aviez 100 000 NPXS, vous les échangerez contre 100 000 NPXSFX. Comment ? Ce sera officiellement confirmé plus tard, mais dans tous les cas vous ne pourrez pas les recevoir sur votre wallet ERC-20 (Ledger, MEW…) ou sur exchange (Binance…) puisque ces tokens ne seront plus des tokens dépendant d’Ethereum. A priori ce sera X wallet, et dans l’avenir peut être sur un wallet f(x) compatible si Ledger intègre le nouveau coin par exemple. Lorsque la migration sera terminée, vous pourrez toujours acheter des coins f(x) sur les marchés où il sera accessible. L'avantage de ce procédé c'est que vous pourrez vendre votre bags n'importe quand sans manquer une opportunité.
b. Pundi X vous offre la possibilité d’acquérir des coins f(x) pendant la migration. Il y a pour cela deux façons distinctes.
i. Le « stake ». Cette partie commence le 10 mars et dure un an. Elle consiste à bloquer sur votre wallet ERC-20 (hors exchange a priori) des NPXS/NPXSNEM. Pour chaque 100 000 NPXS bloqués, vous toucherez x f(x) par mois (x qui varie, c’est en fonction de plusieurs paramètres mais vous avez l’idée). Pundi X va sortir une nouvelle version de l’appli Xwallet d’ici quelques jours. Vous aurez la possibilité de lier votre compte XWallet à votre wallet ERC-20. Ainsi, Pundi X pourra savoir le montant de NPXS/NPXSNEM bloqués et vous donner vos f(x) sur le X wallet. A la fin de la migration, vous convertirez vos NPXS/NPXSNEM contre des NPXSFX/NPXSNEM au ratio 1 :1 .
ii. Burn. Pundi X vous offre la possibilité d’obtenir des f(x) en brûlant (détruisant) des NPXS/NPXSNEM. Cela commencera un peu plus tard dans l’année. Concrètement, vous détruirez par exemple 100 000 NPXS et en échange vous recevrez un certain montant de f(x). CE MONTANT SERA PLUS AVANTAGEUX QUE CE QUE VOUS AURIEZ EU EN BLOQUANT CE MEME MONTANT. Les NPXS/NPXSNEM détruits seront enlevés du circulation supply et ne seront donc jamais convertis en NPXSFX/NPXSNEMFX.
Voilà ! En résumé, vous pouvez : ne rien faire du tout, bloquer vos tokens pendant X mois (vous pouvez arrêter à tout moment) ou détruire vos tokens. Ou un mix des trois !
La question à se poser est : voulez-vous des f(x) ? Si non alors ne faites rien.
Si oui, alors en voulez-vous un maximum ou juste un petit bout ?
Personnellement, je vais bloquer mon bags de NPXS en liant mon ledger à mon X wallet pour recevoir quelques f(x) gratuitement puis je changerai mes NPXS contre des NPXSFX en fin de compte. Et je vais brûler les 11% que je vais recevoir pendant les 3 prochains mois pour recevoir plus de f(x).
submitted by PataPouf12 to PundiX [link] [comments]

Interview de Pierre Noizat à propos du Litecoin sur Atlantico

Interview de Pierre Noizat à propos du Litecoin sur Atlantico submitted by dahugobez to BitcoinFrance [link] [comments]

For french taxpayers only - crypto-to-crypto transactions are not taxable.

This is an answer a tax lawyer made after the Cour d'Etat has published a decision on 26th of April, just before french taxpayers have to fill their tax return.
Exclusively for BTC readers ;-)
Disclaimer : I'm not your financial or fiscal advisor. Do your own research. I just share this piece of correspondence because it may help some of you.
Note : le 2° de l'article 150 du CGI dont il parle permet à priori d'exclure de la déclaration les transactions d'un montant inférieur à 5000€.
------------------------------
Certains commentateurs se risquent à affirmer que le CE aurait clairement indiqué que les échanges de crypto-monnaies étaient par nature taxables.
Je m’inscris en faux contre une telle interprétation de la décision du CE. du 26 avril 2018 , interprétation qui découlerait du paragraphe 15 de celle-ci.
15 « […] En revanche, en énonçant que les profits tirés de l’exercice habituel d’une activité de cession d’unités de « bitcoin » acquises en vue de leur revente, y compris lorsque la cession prend la forme d’un échange contre un autre bien meuble, sont imposés dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux, les commentaires attaqués ne méconnaissent pas, contrairement à ce qui est soutenu, les dispositions des articles 34 du code général des impôts et L. 110-1 du code de commerce. »
Le CE ne fait que répéter verbatim, en la tronquant, la doctrine administrative qu’il a d’ailleurs rappelée au paragraphe 2 — l’Administration estimant en effet quant à elle nécessaire de préciser entre parenthèses : « échange des bitcoins contre des euros, mais aussi achats de biens de toute nature réglés par des bitcoins : dans ce cas, le gain doit être déterminé par référence à la valeur en euros du bien acquis. »
Ni Bercy, ni le CE, n’ont jamais affirmé que l’échange de crypto-monnaies était taxable car générateur de profits ou de plus-values.
Dans son paragraphe 13 le CE affirme : « Les unités de « bitcoin » ne relevant pas de la catégorie des biens immeubles, au sens de cet article, et ayant ainsi la nature de biens meubles incorporels, l’imposition des profits tirés de leur cession par des particuliers relève, en principe, des dispositions de l’article 150 UA précité. » Cela signifie notamment que des exceptions à une taxation sur le fondement de l’article 150 UA du CGI ne sont pas exclues et que l’Administration conserve les coudées franches. Il est par ailleurs aisé d’observer que les plus-values sur valeurs mobilières (également biens meubles incorporels) ont leur propre régime de taxation.
------------------------------
Ma position sur les échanges de crypto-monnaies (dont le bitcoin) est la suivante.
Il est évident que le bitcoin est un bien meuble incorporel. Le nom commun bien renvoie à un élément d’actif patrimonial. Meuble s’oppose à immeuble. L’adjectif incorporel renvoie à de l’impalpable, à de l’immatériel, et donc il s’applique aux biens ou valeurs qui échappent à toute appréhension matérielle, comme les créances, les valeurs mobilières, les parts sociales, les droits autres que la propriété des choses matérielles, les actions en justice, etc.
On peut par ailleurs retenir la définition du fisc, à savoir que le bitcoin est une unité de compte virtuelle stockée sur un support électronique permettant à une communauté d’utilisateurs d’échanger entre eux des biens et services sans recourir à une monnaie ayant cours légal.
Le bitcoin, à l’instar des autres crypto-monnaies, n’a pas cours légal ; le bitcoin n’a donc aucun pouvoir libératoire illimité et il peut être refusé en paiement d’une dette.
Comme l’a indiqué la CJUE en 2015, le bitcoin est un moyen de paiement conventionnel. Selon elle, le bitcoin est une devise virtuelle, ce dernier adjectif signifiant, au cas particulier, que sans être une monnaie au sens classique du terme, le bitcoin dispose du potentiel pour jouer un rôle équivalent à certains égards, comme lors de l’acquisition de biens par exemple, si acceptation des parties à la vente ou à l’échange. Point important : toujours selon la CJUE, le bitcoin n’a pas d’autres finalités que celle de moyen de paiement.
Nous savons que le fait pour un simple particulier (par opposition à un professionnel), d’échanger une monnaie ayant cours légal contre une autre, ne génère ni plus-value ni autre profit taxable. Par exemple, M. Tout-le-monde peut librement, et en franchise d’impôt, se procurer des devises avant de partir en vacances ou encore acheter des devises pour diversifier ses avoirs monétaires — à noter que dans tous ces cas-là, c’est toujours un établissement financier qui achète ou vend les devises (en prenant un bénéfice au passage).
Affirmer comme le fait le CE que le bitcoin est un bien meuble incorporel (ce qui est une évidence et donc une banalité) ne saurait justifier le principe d’une taxation résultant de son échange avec une autre crypto-monnaie.
Sans même entrer dans la complexité du fonctionnement des plates-formes dédiées ou du nombre astronomique de crypto-monnaies différentes échangées dans le monde, on ne voit pas pourquoi des unités de compte virtuelles n’ayant d’autres finalités que celle de moyen de paiement, devraient générer des profits taxables en cas d’échange entre elles. Dans le cas contraire, il appartiendrait au fisc d’expliquer en vertu de quoi et surtout comment il conviendrait de faire droit à ses prétentions.
Il est donc suffisant de s’en tenir aux précisions fournies par les BOI du fisc, lesquels n’envisagent aucunement la taxation des échanges de crypto-monnaies.
submitted by FEDCBA9876543210 to btc [link] [comments]

Les pieces stables

Que sont les pièces stables? USDT, TUSD, GUSD, USDC et USDQ
Que sont les pièces stables? USDT, TUSD, GUSD, USDC et USDQ
Dans cet article, Slava Mikhalkin parle de l' USDQ , un stablecoin entièrement algorithmique offrant fiabilité et facilité de sécurisation pour Bitcoin. Travaillant en tant qu'architecte de chaînes de blocs avec PLATINUM ENGINEERING, Slava collabore avec l'équipe de + 200 employés pour développer des solutions innovantes dans les portefeuilles en marque blanche , les STO et les plates-formes de collecte de fonds des IEO.et des modèles commerciaux à cycle complet pour les projets de chiffrement. Une proposition de valeur clé, apportée par PLATINUM ENGINEERING, est une approche holistique, dans laquelle un pool de talents polyvalent aide les startups à renforcer leurs capacités en informatique, en marketing et en droit. L'USDQ, unique et décentralisé, présente divers algorithmes de stabilisation des prix, un système complexe d'incitations pour les traders et un module d'analyse prédictive basé sur l'IA. Ce roman de stablecoin est à noter tant qu'il est en train de prendre de la vitesse.
Avant-propos
Il est clair que les cryptomonnaies entrent progressivement dans l’économie mondiale et se rapprochent de l’adoption massive. Les crypto-monnaies offrent un certain nombre d'avantages - décentralisation et confiance, réduction des commissions et désintermédiation - qui permettent aux utilisateurs d'effectuer plus facilement leurs transactions quotidiennes. Tout le monde peut transférer de la valeur dans le monde entier, en gagnant du temps de traitement rapide.
En comparaison, envoyer de la valeur au-delà des frontières via des systèmes financiers traditionnels nécessite de longues périodes d'attente et des frais, tout en contraignant les utilisateurs à suivre des processus extrêmement complexes. Par exemple, si une personne du Japon veut envoyer de l'argent en Angleterre, les frais peuvent varier de 5% à 10%, selon le système utilisé. En outre, il y aura des frais de conversion de devise. Il semble que les joueurs centralisés, qui manquent actuellement de concurrence, fixent les frais et les commissions comme ils le souhaitent.
Et ce sont les commerçants qui effectuent des transactions transfrontalières qui trouvent le plus pénible de travailler avec des institutions de financement traditionnelles. Ils continuent à perdre de gros montants de leurs bénéfices potentiels, ne faisant que payer des frais aux processeurs de paiement. Cela incite les entreprises à augmenter leurs prix et à répercuter ces dépenses sur les consommateurs ordinaires. Crypto propose un changement de paradigme, apportant à la table une vitesse fulgurante et des frais réduits. Bien que les cryptomonnaies retiennent de plus en plus l'attention des marchands du monde entier, il existe encore de nombreux obstacles à une adoption plus large, parmi lesquels la volatilité des prix, les limitations en matière d'évolutivité et autres.
La volatilité est certes le plus gros obstacle qui empêche les entreprises d’utiliser davantage de cryptomonnaies. Bitcoin peut connaître d’énormes fluctuations en quelques heures, voire quelques minutes. En outre, des pièces majeures comme Bitcoin et Ethereum posent des problèmes d’évolutivité, ce qui entraîne un temps de traitement élevé. Un commerçant, qui doit traiter des centaines de paiements quotidiennement, ne pourrait pas gérer ses affaires efficacement si les transactions se trouvaient bloquées plusieurs jours de suite. En plus de cela, il est extrêmement difficile pour les adoptants de convertir les crypto-monnaies en fiat via les banques et les autres agents financiers avec lesquels ils travaillent habituellement.
Les crypto-monnaies cherchent à offrir des solutions à tous ces problèmes.
Qu'est-ce que stablecoin?
Un stablecoin est une crypto-monnaie, dont l'architecture permet à son prix d'être toujours égal au prix d'un autre actif. La plupart des pièces en dollars sont indexées sur le dollar américain. Les plus grands noms des crypto-monnaies sont Tether, Dollar Gemini, USDQ, TUSD et autres.
Comment les Stablecoins parviennent-ils à être aussi stables?
Contrairement aux autres pièces qui flottent librement, les crypto-monnaies stables exigent que chaque unité soit adossée à une unité de la monnaie fiduciaire. Par exemple, Tether (USDT) fixe 1 USDT à 1 USD sur une base individuelle. De cette manière, les pièces de monnaie sont quelque part entre les crypto-monnaies et les fiats ordinaires. Tether est basé sur sa propre blockchain construite sur les systèmes Bitcoin, Litecoin et Ethereum.
Bien que Tether soit la plus grande caisse stable, son fonctionnement soulève un certain nombre de problèmes. Le plus important est la controverse persistante sur les réserves en fiat, que l'émetteur est censé stocker sur un ratio de un pour un par rapport au nombre d'unités Tether émises. La société a déclaré que la vérification serait effectuée dans un proche avenir, mais il y a quelques semaines à peine, elle a commencé à affirmer qu'il ne s'agissait pas uniquement de liquidités, mais également de prêts à d'autres sociétés pouvant être enregistrés en tant que réserves fiduciaires. Ces déclarations ont entraîné une méfiance croissante parmi les passionnés de cryptographie.
Un autre projet est TrueUSD (TUSD). Il se fixe également à USD. La différence avec Tether réside dans l'ouverture aux audits et à la transparence. La société est ouverte aux audits tiers, elle publie les rapports dûment vérifiés sur les réserves fiduciaires qu'elle détient. De plus, les utilisateurs bénéficient de protections légales.
USDC est un autre stablecoin créé par le fameux Cercle de crypto-monnaie d'échange. Tout comme TUSD, si offre la conformité réglementaire et la transparence. Le gros problème de tous ces systèmes est le fait qu’ils permettent aux autorités de saisir les fonds des utilisateurs, ce qui va totalement à l’encontre de l’idée même de décentralisation et de lutte contre la censure, sur laquelle repose la crypto.
USDQ est différent des autres monnaies stables puisqu'il ne s'appuie pas sur la devise fiduciaire, mais sur le bitcoin et les 10 autres crypto-monnaies du futur. Cela permet à l'écosystème d'éviter de traiter avec les systèmes financiers traditionnels. Grâce au processus de surdimensionnement, USDQ transforme des crypto-monnaies très volatiles en USDQ indexé en USD, ce qui est parfait pour stocker de la valeur et traiter des transactions dans l’économie externe sans aucun risque de variation de prix. La pièce est développée par PLATINUM ENGINEERING et la petite communauté grandit lentement autour du projet.

Pourquoi avons-nous besoin de Stablecoins?
Les Stablecoins ont évolué en tant que nouvelle itération sur les crypto-monnaies, permettant de résoudre des problèmes tels que la forte volatilité et les interactions avec les systèmes financiers traditionnels.
Des pièces comme USDQ s’assurent que divers mécanismes sont utilisés afin de stabiliser les prix à la parité USD. Les traders peuvent facilement convertir leurs Bitcoins en USDQ et éviter ainsi l’impact négatif sur les variations de prix indésirables. Les pièces Stablecoins sont très faciles à utiliser, ce qui est une aubaine pour les utilisateurs non avertis. Toute personne de partout dans le monde peut rapidement convertir une propriété en monnaie stable, sans avoir à se préoccuper des futurs changements de prix et sans s'inquiéter des risques potentiels de perte de fonds. En règle générale, vous trouverez toujours divers billets de banque sur les échanges cryptés, ce qui permet aux traders de se déplacer rapidement autour des écuries et autres cryptos.
Comme nous l'avons dit plus haut, les paiements transfrontaliers sont ceux qui gagnent le plus avec l'utilisation des stablecoins. Cette espèce hybride entre fiat et crypto contribuera à ouvrir la valeur cachée du commerce mondial, représentant des milliards de dollars de profits pour les parties prenantes.
USDQ est un stablecoin décentralisé , qui utilise des algorithmes pour offrir une stabilité et une fiabilité accrues . Entièrement en chaîne et surveillé par des robots d’intelligence artificielle à grande vitesse, l’écosystème offre des défenses fiables contre les attaques et les actes malveillants. Première ligne de fabrication de pinces fiat, l'USDQ est présenté par l'équipe PLATINUM ENGINEERING, qui cherche à trouver des solutions innovantes en matière de garantie, en utilisant des mécanismes de stabilisation et des oracles pour les pièces de grande endurance. Entièrement anonyme, USDQ dépasse les limites de ce monde hérité.
PLATINUM ENGINEERING partage ouvertement son développement et ses vecteurs de croissance, permettant aux parties prenantes d’en apprendre davantage sur les solutions de pointe dans le domaine des chaînes de blocs / cryptage. PLATINUM ENGINEERING a déjà permis à plus de 150 projets de cryptographie de se développer grâce à l’économie émergente de la blockchain. Les entreprises seraient émerveillées par les nouvelles capacités qu’elles peuvent obtenir grâce à la reconnaissance de leurs modèles commerciaux, à l’automatisation des processus opérationnels habituels et à l’attrait des investisseurs sur les marchés de la cryptographie. L'équipe invite la communauté à contacter directement via les groupes officiels de Telegram , Facebook ou LinkedIn . Les lecteurs apprendront à obtenir de nouveaux avantages concurrentiels en exploitant la blockchain de leur blog .
submitted by leonce1998 to u/leonce1998 [link] [comments]

Projet: Entrainement de stratégies de trading algorithmiques sur cryptomonnaies

Ce projet consiste en la conception d'un bot qui se connectera à une plateforme de trading ou il assurera le pilotage d'un portefeuille de crypomonnaies, exécutant des ordres d'achat et de vente.

Contexte

Les cryptomonnaies ont acquis une forte popularité durant les récentes années, en tant qu'instruments financiers novateurs et faciles à utiliser, et beaucoup d'acteurs de la Fintech proposent maintenant des applications, frameworks, et librairies pour les mainpuler. Il existe également de nombreuses plateformes où les crypomonnaies peuvent être échangées, achetées et vendues avec des monnaies traditionnelles.
Le trading algorithmique a également connu une forte adoption et représente maintenant la majorité des transactions financières conduites sur les marchés internationaux.
Plusieurs outils peuvent être utilisés pour concevoir un bot qui se connecte à une plateforme de change de cryptomonnaie et conduire du trading algorithmique automatisé.

Cryptomonnaies

La première cryptomonnaie, Bitcoin, a été créée en 2009 par un utilisateur sous pseudonyme Satoshi Nakamoto, sur les bases des précédents travaux de la communauté des cypherpunk.
Voilà l'article original qui a présenté Bitcoin et la technologie de la blockchain sur lequel il s'appuie. En combinant plusieurs techniques fondées sur la cryptographie, Bitcoin permet à sa communauté d'utilisateurs de gérer collective la monnaie sans avoir à recourir à un superviseur central, court-circuitant le secteur bancaire.
Plusieurs principes alternatifs ont depuis été proposés, généralement avec de petite variations protocolaires: ce subreddit ou ce site web peuvent constituer de bons points d'entrée pour les découvrir.
De nombreuses plateformes de change ont également été créées en offrant des fonctionnalités et APIs de trading, mais la plupart des acteurs originaux ont été liquidés pour cause de fraude ou de hacks où une partie des fonds ont été volés. Parmi les acteurs actuels de bonne réputation proposant une API, on peut siter Bitstamp ou Kraken.

L'expérience DNN Bitcoin

Dans la phase initiale de développement du module PKP, l'environnement utilisés pour les TPs de ce cours, DNNBitcoin fut créé comme démonstrateur du moteur de bots pour l'hébergement d'un moteur de trading algorithmique communautaire.
Les utilisateurs pouvaient gratuitement enregistrer un compte et un Bot sur la plateforme, se connectant à plusieurs APIs de plateformes de change, et exécutant des stratégies de Market making. Plusieurs centaines de bots ont tourné simultanément à au plus fort de son utilisation. L'expérience a finalement été stoppée quand les plateformes de change supportées ont fermée, et du fait la maintenance conséquence du service, mais du code obsolète a été conservé dans l'extension DNN et peut constituer un point de départ sur la manière de procéder.

Comment fonctionnait le Bot historique?

Les principales règles d'exécutions, qui ont été conservées en état de refactoring incluaient:

Connecteurs

Quand DNN Bitcoin a été développé, des connecteurs individuels étaient implémentés pour chaque plateforme supportée, par le biais de requêtes Http personnalisées.
La librairie XChange propose désormais une alternative plus confortable, avec de nombreuses plateformes supportées sous un même modèle objet, et plus de nécessité de se ternir à jour des différentes APIs. Pour un développement sous .Net, il devrait être possible de la porter en utilisant IKVM comme ça a été fait pour la librairie AIMA.

Authentification à la plateforme de change

Les plateformes authentifient généralement les comptes utilisateurs par un Hmac cryptographique (on signe le corps de la requête Http avec une clé privée fournie par la plateforme). La librairie XChange devrait prendre en charge cette opération à partir des clés obtenues en ligne.

Format des données

Les données sont généralement récupérées et renvoyées aux APIs des plateformes au format Json. A nouveau la librairie XChange devrait prendre en charge le formattage et fournir un ensemble de classes indépendantes des plateformes cibles.

Moteur de trading

DNNBitcoin fournit un framework léger pour la manipulation des monnaies et l'exécution de stratégies diverses, sous forme de classes .net implémentant une interface commune, avec une méthode qui prend en paramètres un portefeuille, les données de marché et historiques, et renvoie les ordres à exécuter. L'interface utilisateur de PKP transforme la structure des straégies en formulaires web que les utilisateurs peuvent accéder pour personnaliser les paramètres de leurs stratégies.
Ceci était suffisant pour implémenter différent types de stratégies, mais depuis, plusieurs librairies open-source offrant des moteurs de trading complets sont apparues, et fournissent très probablement une meilleure alternative.
La librairie Lean Framework constitue un bon candidat en .Net.

Historique et simulation

Le bot historique incluait également la fonctionnalité d'archivage en local des données historiques, permettant notamment les simulations, sur une période données, de stratégies spécifiques. L'utilisation d'un framework de trading dédié devrait fournir des moyens alternatifs d'obtenir les mêmes fonctionnalités.

Prérequis initiaux

La tâche initiale consiste à intégrer ensemble:
Il devrait s'agit principalement de conjoindre les librairies introduites, et fournir les méthodes pour faire circuler les données de l'une à l'autre.
Automapper est une librairie qui peut faciliter la mis en place de mapping entre les différents modèles objets.

Stratégies de trading

Ensuite, la tâche principale de ce projet est de mettre en oeuvre les stratégies de trading.
Des stratégies traditionnelles peuvent bien fonctionner, la librairie lean framework en fournit un certain nombre et vous pouvez exploer la panneau de droite du subreddit de trading algorithmique.
Ceci dit, les stratéiges les plus intéressantes et puissantes utiliseront les techniques d'IA étudiées en cours, comme les réseaux de neurones. Voir par exemple cet article pour une implémentation basique, et les plus récents exemples d'apprentissage profond dans la gallerie CNTK ou encore cet article.
submitted by jeansylvain to IA101ORT2018 [link] [comments]

NapoleonX AMA — July 9, 2018 — French Report

Looking for the English version? Read it here.
Stéphane Ifrah, CEO de NapoleonX, a répondu à vos questions lundi 9 juillet sur JVC. Si vous avez manqué la discussion, en voici le compte rendu complet !
Si en septembre tout se passe bien et que la licence est obtenue, combien de DAFs seront lancés d'ici la fin de l’année 2018 ?
Si nous obtenons notre licence d’asset manager courant septembre comme prévu, nous pouvons envisager de lancer 2 ou 3 DAFs d’ici la fin d’année. Nous sommes en train d’avancer sur la structuration avec nos avocats pour trouver la juridiction et le format le plus optimal afin de pouvoir lancer ces véhicules d’investissements dans un cadre réglementé, de maximiser la capacité de distribution et d’optimiser les impacts fiscaux éventuels pour les investisseurs.
Sans pour autant citer des noms, avez-vous déjà des investisseurs pour les DAFs ? Si oui, par lesquels sont-ils intéressés ?
Nous avons à peine commencé le marketing sur les DAFs : pour être pris au sérieux par les investisseurs que nous visons, nous avons en effet besoin d’aller les voir avec une structuration quasi définitive et un calendrier précis (qui dépend notamment de l’obtention de l’agrément AMF). Nous sommes également en train de finaliser nos outils de gestion et d’ouvrir nos lignes corporate avec les différents échanges. Cependant, nous sommes allés à NY en juin pour le World Blockchain Forum, où nous avons rencontré Rodolphe — que nous tenons à remercier pour cette AMA — et nous avons pu prendre la température sur notre proposition de valeur. Il en ressort que les investisseurs sont très intéressés par nos signaux de trading et qu’une majorité d’entre eux n’a pas forcément envie de mettre en place les moyens de les utiliser à grande échelle, préférant qu’on le fasse à leur place.
Combien de temps sera nécessaire selon vous pour que les DAFs atteignent leur régime de croisière (ICO, etc.) ?
Pour un fond classique, il faut attendre 18-36 mois pour être en régime de croisière en ce qui concerne la collecte. Cela correspond plus ou moins aux 3 ans de track record demandés par les institutionnels. Avec un peu de chance, nous irons peut-être un peu plus vite car il y a assez peu d’offres sur notre créneau.
Avez-vous pour projet de laisser vivre les 10 DAFs le plus longtemps possible (tant qu'ils fonctionnent) et de créer par la suite d'autres DAFs ? Est-ce que vous avez fixé un nombre maximum de DAFs que NapoleonX pourra gérer ?
Notre intention est de maximiser les frais de performances pour la société de gestion et donc pour nos token holders. Nous avons prévu de faire bénéficier nos DAFs des différentes évolutions et recherches sur nos modèles de gestion afin d’éviter de fermer et de rouvrir de nouveaux véhicules. C’est un moyen bien plus intelligent pour conserver les encours au maximum. En ce qui concerne le nombre maximum de DAFs, nous n’avons pas de limite, si ce n’est de s’assurer que chaque DAF est supérieur à une taille critique, car nous aurons des frais fixes à couvrir (tenue de compte, audit, valorisation…). Mais nous contrôlerons cette croissance afin de garder une communication claire en termes de produits, notamment au niveau des performances.
Avez-vous déjà des pistes concernant des échanges acceptant les tokens des DAFs ? Avez-vous déjà inclus dans votre contrat (avec IDAX par exemple), l'acceptation de ces tokens ?
Il y a de fortes chances que ces nouveaux tokens soient des securities et il y aura donc des diligences à faire auprès des échanges. On voit dans le marché une part de plus en plus croissante de security token dans les nouvelles ICO, et les échanges vont s’adapter à cette nouvelle donne. Pour le moment ils sont réticents, mais le marché évolue très rapidement. Comme toujours, nous serons le plus réactif possible, et le plus pragmatique également.
Sera-t-il possible, via la plateforme NapoleonX, de revendre ses tokens de DAFs contre de l'ETH ? Par exemple si un DAF est liquidé et que l’on souhaite récupérer la part qui nous revient.
Nous allons intégrer cette fonctionnalité à notre plateforme afin de faciliter la monétisation des frais de performance. Cependant, il n’est pas complètement exclu que les DAFs paient leur frais de performance directement en Ether. Cela dépendra de la structuration finale de ces derniers.
Quel serait l'impact d'une crise financière sur le rendement moyen des DAFs ? On parle dans la presse spécialisée d'une crise à moyen terme (d'ici 3 à 5 ans), peut-être même avant. À terme, est-ce dans la stratégie de NapoleonX de proposer plus de DAF crypto ?
Nous avons fait en sorte de développer des algorithmes de trading dont les performances sont les plus indépendantes possibles de la bonne santé des marchés financiers. Cela peut se voir en comparant les performances de long terme de nos algorithmes aux sous-jacents que l’on utilise. C’est un point essentiel de notre proposition de valeur et de la sélection future des nouvelles stratégies de trading. Timer le marché est extrêmement difficile, nous devons donc nous en affranchir au maximum.
Quelle plateforme permettra aux DAFs de passer un ordre ?
Nous sommes en train de développer cela en interne. Nous rencontrons de nombreux providers pour se faire une idée plus précise des fonctionnalités que nous devons embarquer et voir si nous devrions plutôt la louer, l’acheter ou bien la développer. Pour le moment, nous penchons sur le développement en interne, ceci afin de contrôler complètement notre outil. Une fois la plateforme développée, nous aurons alors des connecteurs par lesquels passeront nos ordres. Pour les cryptos, nous passerons par les 5-10 plus gros échanges du moment. En ce qui concerne les Futures, nous penchons actuellement pour Interactive Brokers qui propose une API. Mais nous pourrions retenir une autre solution en fonction des prix et du set-up opérationnel de nos véhicules.
La paire USD/BTC ayant le volume le plus important est celle de Bitfinex avec environ 150 millions de dollars de volume quotidien. Si les DAFs passent des ordres de 5, 10 ou 20 millions de dollars, cela sera susceptible de faire augmenter ou descendre le prix du Bitcoin, peut-être de quelques pourcents, ce qui peut avoir une influence sur les performances réalisées par les DAFs. Quelle sera la stratégie employée pour éviter une manipulation involontaire du marché ?
La liquidité est un de nos points d’attention majeur. C’est pour cela que nous allons nous concentrer au démarrage sur des stratégies cryptos sur l’Ether et le Bitcoin uniquement. Au final, notre rémunération sera le produit de la taille des encours sous gestion et de la performance réalisée sur ces derniers. Nous comptons diversifier les échanges par lesquels nous allons traiter afin d’augmenter notre capacité à gérer de plus gros encours. Pour le moment, nous n’avons regardé que de l’exécution sur un point dans la journée au travers de nos back tests. Nous sommes en train d’acquérir des données intraday afin d’affiner les exécutions et de voir l’impact en cas d’étalement d’ordre. Compte tenu des volumes journaliers sur le BTC, nous visons d’augmenter fortement cette capacité. Cela devra également s’accompagner d’une croissance du marché.
Concernant les institutionnels et le DAF BTC, allez-vous récolter leur participation en fiat puis convertir en BTC, ou collecter directement en BTC ? N'est-il pas moins contraignant de récolter du fiat à la lumière du rapport Landau ?
À ce stade nous n’avons pas de préférence sur les devises en collecte. En effet, il serait bien plus facile de récolter en fiat qu’en crypto. Mais ce qui est valable aujourd’hui pourrait changer demain. Il faut garder un maximum de flexibilité sur cet aspect. Ce qui est important pour nous, c’est que nos DAFs aient leur passif et leur actif en crypto. La collecte est un sujet un peu connexe.
Dans leur projection, quel ratio est-il prévu entre le prix du NPX et le dividende (même si l’on sait que le marché crypto réserve des surprises) ? Pensez-vous qu'il y aura un prix maximum qui ne pourra pas être dépassé, ou inversement un prix plancher ?
Le but de notre société de gestion est de maximiser les performance fees qui seront payés par les DAFs. En plus des signaux de trading, c’est ce qui fixera la valeur du NPX. En ce qui concerne le prix auquel les personnes souhaiteront acheter ces deux services, il est difficile de répondre précisément. Dans le monde plus classique des equities, il y a des actions qui sont valorisées avec des PER de 5 à 100, parfois plus. En général, plus le PER est élevé, plus on attend de la croissance sur les résultats.
Pensez-vous que le trading haute fréquence et plus globalement l’industrie des quantitative HF soit encore viable aujourd’hui, malgré des résultats plutôt décevants sur les 4-5 dernières années ? Quel avenir lui présagez-vous ? L’émergence des cryptos pourrait-elle lui donner un nouveau souffle ?
Il faut faire attention à ne pas mettre tout le monde dans le même panier. Le marché est un jeu à somme nulle, donc s’il n’y avait que du trading quantitatif, en moyenne personne ne gagnerait d’argent — ce qui ne veut pas dire que certains ne gagneraient pas régulièrement de l’argent. Cette classe d’actif est celle qui a la plus forte croissance depuis maintenant 10 ans, mais évidemment tous les bots ne se valent pas. Il faut savoir faire le tri dans ce qui est proposé — c’est exactement ce que nous comptons faire chez NapoleonX. Nous l’avons fait au travers des premières stratégies que nous avons proposé et allons continuer à le faire dans le choix des nouvelles que nous intégrerons.
Comment voyez-vous le futur l'équilibre entre petits et grands portefeuilles, par rapport aux différents aspects du projets (système de vote, \% détenu du total supply…) ?
Même si, de par nos techniques, nous pouvons aussi facilement gérer de l’argent pour des petits portefeuilles que des gros, nous risquons d’être initialement limités par le côté réglementaire, qui sera toujours plus protecteur des petits porteurs que des gros. En conséquence, le législateur risque de limiter notre capacité de distribution auprès d’un public très large, au moins dans un premier temps. Mais nous allons tout faire pour s’affranchir de cette contrainte le plus vite possible, car notre dispositif sera complètement automatisé.
Quel type de stratégie essayez-vous de développer avec le bot sur IDAX ?
À ce stade nous développons un bot afin de faire le market making sur notre propre token. Nous nous servirons de cette expérience et des savoir-faire acquis pour voir si nous pouvons généraliser cette technique et proposer des offres à d’autres ICO en échange d’un mandat de gestion des fonds qu’ils auront levés.
Peut-on en savoir plus sur le partenariat avec Ledger ?
Nous avons noué un partenariat avec la Maison du Bitcoin, située à Paris, afin de gérer nos conversions de crypto vers le fiat (afin de faire face à nos dépenses corporate). Il se trouve que Ledger est la maison mère de la Maison du Bitcoin et que jusqu’à très récemment ils étaient dans les mêmes locaux. Cela nous permet de discuter plus régulièrement avec eux. Il se trouve que, du fait de cette proximité, la Maison du Bitcoin est en train de développer une solution de conservation basée sur l’expertise de Ledger.
Quelles sont les perspectives d'avenir de NapoleonX ? Quid de l'intelligence artificielle ? Peut-on espérer d'ici 5 ans avoir un ou plusieurs DAFs dirigés par une intelligence artificielle ?
Nous souhaitons incarner le futur de la gestion d’actif dans le monde crypto, devenir le nouveau Blackrock de ce milieu-là, même si nous sommes conscients du chemin qu’il reste à parcourir pour y arriver. À ce stade, nous avons développé des algorithmes sans utiliser d’IA, mais nous croyons beaucoup à son utilisation pour trouver de nouvelles sources de performance. Nous sommes en train d’explorer l’utilisation de l’IA sur de l’allocation entre stratégies sur un même actif, afin de rendre plus robustes nos stratégies déjà développées. Nous explorerons ensuite la possibilité de créer des stratégies sur un actif utilisant cette technique pour voir ce que cela peut apporter en termes de performance et de décorrélation.
Vous avez récemment ajouté l'analyse de sentiment SESAMm. Est-ce qu'à terme NapoleonX envisage de se diversifier davantage ? Si oui, quels sont les produits en réflexion ou en développement ?
Nous avons ajouté un nouvel indicateur de sentiment car nous pensons que c’est quelque chose de diversifiant. L’analyse de sentiment, tout le monde en parle, mais peu de gens la pratiquent. Nous ne savons pas encore si nous pourrions définir des algorithmes là-dessus, mais nous voulions offrir la possibilité à notre communauté de pouvoir se faire sa propre idée. Et nous allons aussi y travailler de notre côté en parallèle. Une des idées qui sous-tend cette démarche est également de diffuser un maximum de contenu pertinent sur notre plateforme afin de générer un trafic de qualité et de construire notre image de sérieux.
NapoleonX pourrait-il s'imposer comme la plateforme d’une nouvelle génération d'AM "globaux", même si les cryptos se révélaient être des actifs relativement peu intéressants à trader ?
C’est en tout cas clairement notre stratégie. Nous souhaitons devenir un nouveau Blackrock de la gestion, moins par la taille que par le côté novateur et performant.
Allez-vous ajouter une seconde authentification (Google Authenticator…) pour se connecter au site ? Pour le moment, la sécurité parait assez limitée.
Pour le moment, il n’y a aucun flux d’argent sur notre site, donc les soucis de sécurité ne sont pas aussi centraux que sur d’autres plateformes. Nous mettons principalement à disposition de l’information (signaux de trading) à ce stade, donc nous ne craignons pas trop le piratage. Lorsque les DAFs seront en place et qu’ils distribueront des paiements issus des performance fees, ils seront payés aux adresses NPX via des smart-contracts, sans passer par notre plateforme. Cependant, nous reverrons sans doute notre politique de sécurité à ce moment-là, car cela reste un sujet important.
Il faut actuellement 10 000 NPX pour avoir un compte Platinum. Cela est-il susceptible de changer à l'avenir avec un nouveau statut offrant de nouveaux outils ou d’autres avantages ?
À ce stade, l’idée est d’offrir un certain nombre de services en fonction du nombre de NPX détenus. Il est à noter que nous ne demandons pas de consommer (« brûler ») ces NPX, mais seulement de les immobiliser. Cela permet à ceux qui en détiennent de s’assurer que les gens n’ont pas intérêt à les revendre, et donc d’organiser une forme de pénurie qui met une pression à la hausse pour les porteurs. Notre job va être de trouver de nouveaux services à mettre à disposition, avec une vraie valeur ajoutée. Nous ferons cela de manière graduelle et sans inflation démesurée.
Quelle est la somme d’actifs sous gestion par la société Napoleon Capital ?
Napoleon Capital est notre autre structure, privée. Nous n’avons pas vraiment vocation à dévoiler de chiffres là-dessus, mais à titre indicatif, nous avons actuellement des encours supérieurs à 50 millions d’euros pour plusieurs clients. Les stratégies utilisées combinent plusieurs des stratégies des DAFs que nous vous avons proposées dans le cadre du projet NapoleonX.
Fin Q2/début Q3 va avoir lieu votre campagne marketing principale, coïncidant avec la potentielle obtention de l’accréditation AMF. Pensez-vous qu’en cas de refus de l’AMF cela changera la stratégie que vous avez planifiée ?
Nous allons obtenir cette licence, il n’y a aucun doute là-dessus. L’incertitude porte plus sur la forme des véhicules que nous allons pouvoir lancer, même si nous avons déjà de très bonnes pistes. En fonction de la structuration finale, nous aurons des potentiels de distribution différents, à cause de la réglementation. Notre but est de maximiser ces potentiels-là. Aussi, en fonction de la solution retenue, nous aurons une approche marketing spécifique que nous mettrons en œuvre à plein régime à partir de septembre.
Plutôt que de distribuer 70\% des bénéfices aux holders de NPX et en conserver 30\% pour le staff, pourquoi ne pas redistribuer 100\% aux holders et garder 30\% des tokens ?
Cela aurait pu être une alternative, mais ça n’est pas celle que nous avons choisie.
Avez-vous vendu/dilué votre equity en plus des tokens ? Si oui, quelle est la répartition, quel est le pourcentage vendu, et pour quelle somme ? Et dans quelle mesure souhaitez-vous qu'elle prenne de la valeur (plus ou moins important que la prise de valeur des tokens ?) Si non, pensez-vous le faire dans le futur ? Et avec quelle valorisation ? Similaire à celle des tokens ?
Nous n’avons pas dilué notre part dans le capital de Napoleon Crypto. Nous en détenons toujours 100%. À court terme, nous n’avons aucune intention de diluer le capital, si ce n’est pour faire de la place à nos employés. En ce qui concerne les tokens, ils constituent pour nous une réserve supplémentaire de financement pour développer le projet. C’est pour cela que nous comptons bien les valoriser au mieux, non pas en créant un faux marché, mais en apportant de la valeur ajoutée.
submitted by Project_NapoleonX to NapoleonX [link] [comments]

Petite analyse détaillée des principales cryptomonnaies

Bonjour,
voici un résumé avec mon avis sur quelques cryptomonnaies intéressantes du top 50, avec mon avis sur chacune d'entre elle. Certaines ont des sources (en français) qui vous permettront de creuser un peu. N'hésitez pas à donner votre avis pour améliorecompléter ce tour d'horizon :)
Bitcoin (XBT) : or numérique Montant maximum : 21 millions de bitcoins (actuellement : autour de 16,5 millions). C'est la cryptomonnaie la plus ancienne, la plus solide et la plus répandue. Elle représente à elle seule la moitié de la capitalisation totale des cryptomonnaies, et elle sert souvent d'intermédiaire entre deux autres cryptomonnaies. Elle a 9 ans et sa conception n'a jamais été mise en défaut. C'est la cryptomonnaie actuellement la moins risquée des cryptos, au moins à moyen terme (quelques années) - ce qui ne veut pas dire qu'elle est sans risque ! Mon avis : Selon moi le bitcoin a un vrai avenir sur tout ce qui est transactions entre personne genre virements bancaires ou éventuellement paiements de grande valeur, mais pas vraiment pour les achats du quotidien : dans l'état actuel de la technologie, le bitcoin a un problème de "scabilité" (possibilité de faire de très nombreuses transactions par seconde). Plusieurs innovations sont attendues en 2018 pour améliorer ce point, notamment le Lightning Network qui permettrait de décharger une partie des transactions. Côté investissement, n'importe quel portefeuille que vous vous ferez devrait contenir des bitcoins. La proportion dépend du risque que vous souhaitez prendre mais 1/3 à 2/3 de votre portefeuille semble une fourchette raisonnable.
Ethereum (ETH) : plate-forme de smart contracts Montant maximum : pas de maximum (actuellement : presque 100 millions) Cette cryptomonnaie a été créé en 2015, avec à sa tête Vitalik Butlerin, un développeur reconnu dans la communauté. L'ethereum a un intérêt fondamental par rapport au bitcoin et autres cryptos similaires : il permet d'exécuter des "smarts contracts", c'est à dire des bouts de code. Cela a un potentiel d'applications beaucoup plus large que le bitcoin, et a même lancé une nouvelle génération de cryptomonnaies. Par ailleurs, elle est soutenue par quelques grosses entreprises, regroupées au sein de l'Ethereum Alliance - même si rien ne garantie que ces entreprises vont effectivement utiliser l'ethereum et non pas leur propre cryptomonnaies à l'avenir... Mon avis : Malgré un risque supérieur à celui du bitcoin, ça me semble être une cryptomonnaie qui a un intérêt potentiel important, et donc pourrait devenir une technologie réellement disruptive. Les smarts contracts ont pour énorme avantage d'être infalsifiables ("code is law") - ce qui a d'ailleurs déjà eu de fâcheuses conséquences (cf Ethereum Classic, voir ci-dessous) et continue à en avoir (une erreur dans un smart contract de Parity durant l'été 2017 a gelé des centaines de milliers d'éther)... Malgré ce potentiel énorme, beaucoup reste à faire et à développer, et certains commencent à se plaindre du statut "Work In Progress"/"Proof of Concept" qui semble durer. Certains pensent d'ailleurs que sa valeur est trop élevée par rapport à sa valeur fondamentale : on n'utilise pas vraiment l'éther comme cryptomonnaie, mais comme support pour les smarts contracts, surtout que sa valeur est actuellement portée par l'essort des ICO (Initial Coin Offering). Pour creuser : Vidéo d'ArtPlay sur Ethereum .
Ripple (XRP) : la crypto des banques Montant maximum : environ 100 milliards (actuellement : environ 38 milliards) - il s'agit d'une crypto déflationniste (i.e., le nombre total de ripple diminue avec le temps). 6 milliards sont également détenus par les créateurs, et le reste est placé en "Escrow" Cette cryptomonnaie existe depuis quelques années déjà, avec des premiers concepts datant de 2004. Son but est de réduire des taux de changes entre n'importe quelle monnaie du monde, en passant par le Ripple comme monnaie intermédiaire. La gestion est cependant centralisée, ce qui est différent de la plupart des autres cryptomonnaies ; mais cela peut être considéré comme un avantage pour les banques traditionnelles. Ripple a noué des partenariats importants (American Express en novembre 2017, ou la fondation Bill and Melinda Gates, par exemple), qui montre un réel intérêt du monde de la finance "classique". Cette cryptomonnaie est "pseudo-décentralisée" : la validation des noeuds est confiée à un certain nombre d'acteur sélectionnés à l'avance. Mon avis : C'est une idée intéressante, et son positionnement particulier par rapport aux autres cryptomonnaies (ne servir que d'intermédiaire) en fera peut-être son succès. Le principe des taux de change n'est pas spécifique au ripple mais c'est un bon angle marketing. Quelques zones d'ombre déplaisent cependant à la communauté crypto, notamment l'aspect pseudo-décentralisé qui va à l'encontre de la philosophie générale des cryptomonnaies, et le grand nombre de ripple détenu par l'équipe de développement, donc on ne sait pas comment ils vont être utilisés. Pour creuser : Vidéo de Blocs sur Ripple .
Ethereum Classic (ETC) : clone d'ethereum voué à l'échec Montant maximum : pas de maximum (actuellement : presque 100 millions) En 2016, une faille a été découverte par des hackers dans un smart contract (un DAO) basé sur Ethereum (donc non lié au code Ethereum lui-même). Cela a permis un vol historique de plusieurs millions de dollars. L'équipe de développement et l'écrasante majorité des utilisateurs ont accepté de réécrire la blockchain pour annuler le vol. Cela a nécessité un hard fork, qui est devenu le nouvel Ethereum. Une petite partie de la communauté a cependant considéré que l’intervention humaine pour décider où l’argent était n’était pas “éthique”, même si cela impliquait une perte d’argent par des investisseurs n’ayant pas suffisamment fait attention à ce qu’ils faisaient de leurs tokens, et qu’il fallait donc garder une blockchain “non manipulée”, c’est devenu l’Ethereum Classic (ETC). Tous les possesseurs d'ETH ont donc eu la même quantité d'ETC. Mon avis : Personnellement, je refuse de soutenir cette cryptomonnaie pour des raisons philosophiques. C'est un pur produit de spéculation, et je n'y vois peu d'avenir concret. Pour creuser, un message d'un ancien participant au projet ETC, qui montre un peu les dessous de cette cryptomonnaie et pourquoi il faut sérieusement s'en méfier
Bitcoin Cash (BCH) : clone du bitcoin hostile au bitcoin Montant maximum : 21 millions de bitcoins (actuellement : autour de 16,5 millions). Comme pour l'ETC avec l'Ethereum, il s'agit d'une copie du bitcoin suite à un hard fork. Le problème de base est la scabilité, c'est à dire le nombre de transactions que l'on peut faire passer à la seconde. Le bitcoin est très encombré actuellement, ce qui augmente les frais de transaction de manière vertigineuse (il faut payer cher pour être sûr que sa transaction va être effectuée). Pour régler ce problème, plusieurs solutions existe. Le Lightning Network, proposée par les développeurs "historiques" du bitcoin n'est pas encore prêt. Des mineurs ont décidé de lancer leur propre blockchain, avec une taille de bloc de transaction 8 fois plus grande qu'actuellement, et une difficulté de minage mise à jour plus rapidement. Mon avis : Le Bitcoin Cash a été lancée face au bitcoin de manière "hostile", avec pour intention claire de remplacer celui-ci. La solution retenue (augmenter la taille des blocs de transaction) n'est que temporaire et ne règlera pas le problème, qui nécessite une vraie rupture technologique. Il y a eu beaucoup d'hostilité, de désinformation et de délit d'initié de la part de cette cryptomonnaie. Comme pour l'ETC, je refuse de soutenir cette cryptomonnaie pour des raisons philosophiques. Pour creuser : Vidéo de Blocs sur Bitcoin Cash .
Litecoin (LTC) : clone du bitcoin en un peu plus rapide Montant maximum : 84 millions (actuellement : environ 49 millions) Il s'agit d'une cryptomonnaie similaire au bitcoin, avec quelques petits avantages, genre un minage plus facile et un temps de validation des transactions plus court. L'équipe de développement, dont Charlie Lee est la figure la plus connue, a l'air solide, et arrive à implémenter des nouveautés (avec succès) plus facilement que le bitcoin. Mon avis : Il y a peu de chances que cette cryptomonnaie supplante le bitcoin, étant donné que malgré ses avantages, elle n'a pas réussi à supplanter le bitcoin depuis son lancement il y a 5 ans. Cependant vous ne prendrez pas beaucoup de risque non plus en investissant dans cette crypto.. Pour creuser : Vidéo de Renan sur Litecoin .
Cardano (ADA) : nouveau concurrent de Bitcoin Montant maximum : 45 milliards d'ADA. Lancée le 1er octobre 2017, cette crypto a fait une entrée remarquée dans le top 10 des cryptos en 2 mois à peine. Il se démarque de ses concurrents par le fait d'être développés par des universitaires. Il s'agit d'une plateforme de smart contracts. La validation se fait par proof-of-stake, c'est à dire dépendamment du nombre d'ADA possédés, et non pas par proof-of-work comme le bitcoin. Le modèle de gouvernance se fait par un certain nombre d'élus qui décident de l'évolution de la crypto. Mon avis : la crypto semble avoir des bases solides, et le modèle de gouvernance est intéressant, plus souple que bitcoin sans être centralisé de manière quasi immuable par de gros acteurs comme ripple. On peut le voir comme un futur challenger de Bitcoin.
Monero/Dash/Zcash (XMDASH/Zcash) : cryptos anonymes Ces cryptomonnaies ont en commun d'avoir un principe similaire au bitcoin, mais avec un accent donné sur l'anonymat. Cela peut être intéressant pour plusieurs types de publics, et donc peuvent devenir une alternative viable. Pour information, le Monero et le Dash, avec le bitcoin et l'ethereum, étaient acceptés sur AlphaBay (le principal site web de ventes illégales, dont la drogue, sur le web avant sa fermeture). Les équipes de développement ont l'air solides pour les trois. Mon avis : Ces cryptomonnaies ont un réel intérêt par rapport au bitcoin. J'aurais cependant du mal à dire laquelle est la plus intéressante entre les trois. Le Dash a une meilleure communication, Monero est plus "artisanal" mais plus solide techniquement, Zcash a un potentiel de développement plus élevé. Pour creuser: Vidéo de Blocs sur Monero . Pour creuser: Vidéo d'ArtPlay sur Dash .
NEM (XEM) : crypto asiatique Montant maximum : 9 millions (actuellement : 9 millions) C'est une cryptomonnaie visant essentiellement un public asiatique. C'est une cryptomonnaie soutenue par de grosses banques et institutions japonaises, ce qui peut contribuer à son succès. Sa valeur a explosé en quelques mois. Mon avis : Cette crypto a du succès, mais comme on en entend moins parler dans le monde occidental, il est plus difficile de se faire un avis objectif.
IOTA (MIOTA) : crypto pas encore fonctionnelle destinée à l'internet des objets C'est une cryptomonnaie visant à faire des micropaiements dans le monde de l'internet des objets. Cela représente une technologie réellement "disruptive". Un point intéressant de cette crypto est la scabilité (c'est à dire la possibilité de développement à grande échelle), assurée par construction même : pour chaque transaction effectuée avec le IOTA, il faut valider 2 transactions au préalable. Mon avis : L'internet des objets a un grand avenir, et cette idée semble séduisante. Lors de son lancement, sa capitalisation a directement dépassé le milliard de dollars. La technologie n'est cependant pas encore au point, et la validation de transactions comme préalable à chaque nouvelle transactions est certes un mécanisme intéressant, mais qui n'a jamais été testé. Il faut voir si c'est une technologie sérieuse et sécuritaire.
Stratis (STRAT) : créez votre propre blockchain Il s'agit d'une start-up proposant à des entreprises d'implémenter la technologie blockchain pour elles. Elle permettra de faire de la programmation en C#, un langage de programmation répandu. C'est un marché porteur, la technologie blockchain ayant un avenir certain, et Stratis est l'une des premières entreprises positionnées sur ce marché. Mon avis: Le potentiel de croissance futur dépend de la qualité de cette entreprise. Pour l'instant elle s'en sort plutôt bien Pour creuser: Vidéo de Blocs sur Stratis .
EOS (EOS) : smart contracts gratuits EOS sert de plateformes à smart contracts, un peu comme Ethereum. Mais à l'invers de celui-ci, EOS garantit des transactions gratuites, et les promoteurs promettent de pouvoir gérer des millions de transactions par seconde. Cette crypto a un lancement particulier et pour l'instant unique : au lieu de mettre en vente tous les tokens d'un coup comme c'est généralement le cas, ils en mettent un 1/365e chaque jour pendant 1 an (après une vente initiale). Mon avis: Le pari est risqué mais valable. Le format particulier de son ICO fait qu'on a le temps de voir comment le projet évolue et si l'équipe est solide - ce qui est un gage de confiance.
NEO/Waves/Omni/Nxt/Bitshares/Counterparty (ANS/WAVES/OMNI/NXT/BTS/XCP) : smart contracts alternatifs Ces cryptomonnaies ont un concept similaire à Ethereum, c'est à dire d'être une plateforme pour des smart contracts. Mais elles ont moins de succès: parmi les 50 assets les plus populaires, 43 sont basées sur Ethereum, 4 sont basés sur Omni, 1 sur Nxt, 1 sur Waves, 1 sur NEO... Mon avis : pour l'instant ces cryptomonnaies ont moins de succès que Ethereum, mais ça pourrait changer avec NEO ou Waves qui ont eu beaucoup de succès récemment. Omni et Nxt ont à peu près le même âge que Ethereum donc je doute de leur succès. Je ne connais pas bien les deux derniers. Pour creuser : Vidéo de Blocs sur NEO .
Iconomi (ICN) : jouez à la bourse dans le monde des cryptos Cette cryptomonnaie vise à créer des outils de trading comme en bourse : portefeuille de valeurs, indices, etc. L'idée est d'acheter des tokens de cette cryptomonnaie, sachant que l'argent sera investi sur d'autres cryptomonnaies et suivra leur valeur. L'équipe de développement a l'air sérieuse et a sorti mi-2017 le premier volet de son projet (le ICNX) Mon avis : C'est une bonne idée si vous ne voulez ou pouvez pas passer trop de temps à suivre le détail du marché - activité hautement chronophage...
Golem (GNT) : louez votre puissance de calcul Cette cryptomonnaie représente des tokens pour louer de la puissance de calcul. Le principe est que si l'on a besoin de beaucoup de puissance de calcul pour un projet particulier (calcul en laboratoire, rendu 3D dans un film d'animation, etc), on passe un contrat sur la blockchain pour effectuer ces calculs, distribué entre de nombreuses machines, sans passer par des machines hyper puissantes (comme le projet [email protected], pour ceux qui connaissent). Notez que la rémunération de ceux qui ont participé au calcul se base sur un système de loterie pour diminuer les coûts de transaction. Mon avis : L'idée est séduisante, et c'est probablement l'un des projets les plus solides, car on peut avoir une idée de sa valeur fondamentale, en comparant aux services existants de cloud computing (Amazon ou Microsoft). Mais c'est paradoxalement l'un de ses défauts : sa valeur ne grimpera probablement pas à des sommets car sa valeur fondamentale pouvant être grossièrement estimée, sa valeur d'échange ne devrait pas trop s'en éloigner. Par ailleurs, le revenu tiré de la puissance de calcul par Golem sera toujours comparé au revenu potentiel du minage, et sera probablement comparable.
AuguGnosis (REP/GNO) : pariez sur l'avenir Ces deux projets, relativement similaires, proposent de faire des paris sur l'avenir grâce à des smarts contracts, un peu comme chez les brokers à Londres. Ils se basent sur la fameuse "sagesse des foules" : si on demande à un grand nombre de gens de faire une estimation (par exemple, le nombre de boules dans une boite), alors la valeur moyenne sera souvent très proche de la vraie valeur. Il y a un certain nombre d'hypothèses pour que cela fonctionne, notamment que les gens font des estimations indépendantes (ils ne discutent pas entre eux, sinon ils s'influencent) et non biaisées, ce qui est en pratique difficile. Mon avis : Ce sont des projets intéressants, qui peuvent faire connaitre le monde de la blockchain au grand public - tout comme on donne parfois les estimations des brokers anglais pour le résultat d'une élection ou un match de foot. Je n'ai pas trouvé leurs plateformes de pari vraiment claires, mais j'imagine que ça va s'améliorer avec le temps.
Dogecoin (DOGE) : clone rigolo du bitcoin Montant maximum : pas de maximum (actuellement : presque 110 milliards) Un clone du bitcoin dont les possesseurs cherchent surtout à faire augmenter sans limite sa valeur (leur slogan : "to the moon!"). Mon avis : une cryptomonnaie qui n'a pas beaucoup d'intérêt à part pour son symbole marrant (une tête de chien). Sérieusement.
GameCredits/MobileGo/FirstBlood (GAME, MGO, FIRST) : les cryptos des jeux vidéos Ces cryptomonnaies se concentrent dans le monde du jeu vidéo, selon trois marchés : la vente dématérialisée "à la Steam" (plutôt pour GameCredits), les micropaiements dans le jeux mobiles (plutôt pour MobileGo) et les paris sur les tournois de jeux vidéos (plutôt pour FirstBlood). Chacun de ces marchés a un grand potentiel ; la grande question est de savoir si ces acteurs vont réussir à s'imposer. Cela dépend plus de la qualité des entreprises que de la cryptomonnaie en elle-même. Mon avis : Ces cryptomonnaies sont dignes d'être suivies, vu le potentiel du marché. Mais je pense personnellement que ces cryptomonnaies doivent venir des acteurs historiques du marché (Steam, Electronic Arts, Blizzard...), déjà bien implantés avec des plateformes solides, plutôt que d'extérieurs qui doivent s'imposer. La tendance actuelle est de se rapprocher du e-sport, encore sous-développé.
CIVIC (CVC) : identifiez-vous et authentifiez-vous grâce à la blockchain Cette cryptomonnaie s'intéresse aux concepts d'identité. Ils proposent de faire des vérifications d'identité avec une validation sur la blockchain : par exemple, un site web, au lieu de demander une pièce d'identité et une preuve de domicile, pourrait simplement demander une confirmation dans la blockchain CIVIC que son client est bien celui qu'il croit être. Cette demande serait monnayée avec le token CIVIC. Leur ICO a été très particulière : le nombre de tokens mis en circulation était limité et avait un mécanisme pour avoir un maximum d'utilisateurs plutôt que pour lever le maximum d'argent possible - ce qui est très cohérent avec le projet. Mon avis : un super projet, et l'équipe semble bien tenir la route. Certains s'inquiètent du côté "Big Brother" de cette technologie - toutes les infos personnelles sont stockés sur un registre - mais le projet est en tout cas tout à fait cohérent avec le potentiel de la technologie blockchain.
InsureX (IXT) : assurez-vous grâce à la blockchain Il s'agit d'un smart contract avec assurance - c'est à dire que l'on s'assure pour un risque (par exemple : le bitcoin descend en-dessous de 20000 euros avant le 1er septembre). Le "smart contract" permet de s'assurer que le contrat sera exécuté quoi qu'il arrive. Mon avis : l'idée est bonne, c'est même la base des smart contracts, mais cela arrive selon moi trop tôt : le monde des cryptomonnaies est encore jeune et peu mature, et je vois mal une adoption même partielle d'assurances sur une blockchain. Mais le projet est à suivre quand même.
TenX, TokenCard, Monaco, WireX/Xapo (PAY,TKN, MCO, ???) : cartes bancaires cryptos Ces projets visent à pouvoir dépenser ses cryptomonnaies avec une carte bancaire. L'idée est bonne, car ça permet d'être peu affecté par les taux de change variables entre pays - par contre, on est très affecté par la volatilité des cours des cryptomonnaies. Plusieurs entreprises se sont lancées sur cette idée, il reste à voir laquelle s'en sortira le mieux, et si cela a réellement un intérêt pour les paiements du quotidien. Mon avis : C'est une idée qui permet d'utiliser réellement ses cryptos, plutôt que de les utiliser uniquement à des fins de spéculation. Cependant, ce marché est encore jeune : par exemple, début janvier, la plupart des cartes bancaires ont été désactivées, car elles passaient par un intermédiaire du nom de WaveCrest qui a vu ses activités stoppées par VISA.
Basic Attention Token (BAT) : alternative payante à la publicité sur internet Ces tokens vont de pair avec un navigateur, Brave. Ce navigateur a du succès actuellement, notamment grâce à sa capacité native de bloquer les publicités (comme adBlock ou uOrigin), ce qui en plus accélérerait le chargement des pages web. Le modèle derrière propose d'accepter certaines publicités, d'être rémunéré pour le visionnage via un pourcentage sur le coût de la publicité, et ce sous forme de tokens BAT. Le lancement du BAT a été un énorme succès, avec 35 millions de $ en tokens vendus en 30 secondes. Mon avis : une belle idée. Cela repose sur plusieurs inconnues cependant : l'adoption massive du navigateur Brave (malgré son succès croissant, sa part de marché reste faible) ; arriver à mettre le mécanisme de partage de rémunération avec les utilisateurs ; être sûr que le montant des rémunérations soit suffisantes, etc. Si toutes ces conditions sont remplies, l'intérêt est fort. Personnellement, je préfère attendre un peu pour voir l'évolution.
Tether (USDT) : vaut 1 US$ ou moins Cette cryptomonnaie a été crée comme valeur refuge : 1 USDT est censé valoir 1 US$. Tant que la conversion USDT/US$ est possible, cela revient au même d'avoir l'un ou l'autre. Cependant, comme cette conversion n'est pas toujours possible, les gens préfèrent avoir des US$, que l'on peut utiliser partout : ainsi, la valeur d'1 USDT est en pratique légèrement inférieure à celle d'1 US$. Mon avis : Le concept permet de retirer des fonds en USD - en attendant de les réinvestir - sans devoir payer les taxes sur les gains financiers. Selon moi c'est plutôt pour les citoyens américains qui sont taxés assez strictement pour les gains financiers. Par ailleurs, l'entreprise derrière les USDT injecte régulièrement des nouveaux tokens, et de nombreuses rumeurs doutent de la capacité de l'entreprise à avoir des stocks suffisants pouvoir échanger un nombre appréciable USDT contre des USD si les possesseurs le demandaient. Méfiance !
Bitconnect Coin (BCC) : Arnaque à la Madoff Montant maximum : 28 millions de bitconnect coins (actuellement : autour de 6,5 millions). Cette crypto a beaucoup de similarités avec le bitcoin, sa principale particularité est de proposer des échanges d'utilisateur à utilisateur, sans passer par une plateforme d'échange. Par ailleurs, elle utilise une combinaison de Proof-Of-Stake (POS) et Proof-Of-Work (POW). En clair, pour valider une transaction, au lieu de se baser sur la puissance de calcul du validateur (POW), on se base sur la quantité de cryptomonnaie qu'il possède (POS). Sur le principe, cela pourrait sauver beaucoup de puissance de calcul ; mais la vulnérabilité de cette technique est moins assurée. Ils proposent aussi un intérêt très élevé si vous épargnez vos BCC (jusqu'à 1%/jour, soit 90% par an !). Mon avis : attention, malgré cette présentation, selon la grosse majorité des personnes - moi inclus -, il s'agit d'une escroquerie. Les indices sont en effet nombreux : aucune présentation des membres de l'équipe sur le site officiel ou l'annonce de lancement sur bitcointalk ; un taux d'intérêt délirant ; un système spéculatif douteux : les utilisateurs achètent des BCC directement aux développeurs, et comme les intérêts sont très élevés, ils les vendent rarement. Donc les développeurs sont les principaux bénéficiaires (ils attendent probablement que le cours soit au plus haut pour disparaitre dans la nature). Si vous mettez le moindre satoshi là-dedans, faut s'attendre à le voir disparaitre à n'importe quel moment. Vous voilà prévenu. Pour creuser: Vidéo d'Hasheur sur Bitconnect .
Komodo (KMD) : plateforme décentralisée d'ICO, basée sur Bitcoin Montant maximum : ? (actuellement : autour de 100 millions). Komodo est une cryptomonnaie assez difficile à résumer, le projet est plutôt gros. Komodo est à la fois une monnaie, une plateforme et un système de smart contracts. Parmi ses caractéristiques les plus intéressantes de Komodo, c'est le lancement futur d'une plateforme d'ICO un peu similaire à Ethereum, "Monaize". Celle-ci sera notamment décentralisée et anonyme. Par ailleurs, le Komodo ne vise pas à remplacer le Bitcoin, mais au contraire se base sur celui-ci : au lieu de sécuriser sa blockchain de manière indépendante grâce à ses propres mineurs, Komodo va faire valider sa blockchain par Bitcoin. Il y a aussi un système d'"atomic swap", une fonctionnalité qui permet de faire l'échange de 2 cryptos instantanément et sans frais. Enfin, Komodo fait partie d'un écosystème de cryptomonnaie en développement, SuperNet. Mon avis : Le projet est intéressant, ambitieux et réaliste. J'apprécie le fait qu'il se base sur Bitcoin plutôt que d'essayer de remplacer celui-ci : Bitcoin ne disparaitra pas à court ou moyen terme, sa blockchain est solide, donc cela me parait judicieux de "profiter" de ses avantages. Une nouvelle plateforme d'ICO est aussi appréciable, même si le secteur est "concurrentiel". Ceci dit, le marketing n'est pas terrible - mais cela peut signifier de bonnes opportunités d'investissement à l'heure actuelle, le temps que ça se développe. On en est encore au début, il faut voir comment ça évolue ! Pour creuser: Vidéo d'ArtPlay sur Komodo .
Siacoin, Storj, MaidSafeCoin (SIA, STORJ, MAID) : louez votre espace disque L'idée de ces cryptomonnaies est de faire du cloud-storage grâce à la blockchain. En gros, si vous avez besoin d'espace de stockage, vous pouvez mettre vos données sur le cloud, qui seront redistribuées parmi les participants, avec une rémunération par cryptomonnaie. Cela ressemble à Google Drive ou Dropbox, sans l'aspect centralisé. L'un des enjeux est la confidentialité des donnes. Mon avis : un concept intéressant, même si ça m'enthousiasme moins que les projets de cloud-computing basés sur la blockchain. Cela peut marcher si on a plus confiance dans la confidentialité du cloud-computing par blockchain que celui proposé par des entreprises dédiées. Parmi les différents projets, le Siacoin a l'air d'être le plus solide, avec des mises à jour régulières et une roadmap respectée.
Electroneum (ETN) : utilisez votre smartphone pour miner Cette cryptomonnaie a lancé une ICO avec beaucoup de succès en octobre 2017 (dans les 40 millions de dollars). Le principe, c'est de proposer de faire du mining avec son téléphone. Les téléphones sont évidemment beaucoup moins puissants que les ordinateurs, mais le but est de proposer une application simple, que n'importe qui peut télécharger. Ainsi, cela pourrait convaincre des gens de rentrer dans l'écosystème des cryptomonnaies grâce à une friction très faible. Cette cryptomonnaie pourrait ensuite servir à des jeux mobiles, des paiements comme chez Uber, etc. Mon avis: le point fort des développeurs, c'est la communication, ils la font bien. Mais cette cryptomonnaie repose sur deux (gros) risques : va-t-on réussir à attirer de nouveaux utilisateurs par ce biais ? Et : sur quelle application concrète cela va-t-il déboucher ? Par ailleurs, l'équipe ne semble pas hyper solide niveau technique. Enfin, le minage sur mobile, si l'on en croit le whitepaper, ne fera que "simuler" du vrai minage, donc les fondamentaux semblent douteux.
Steemit (STEEM) : soyez rémunérés pour vos productions populaires Cette cryptomonnaie est destinée à récompenser la production de contenus populaires sur la plateforme "Steem" (à ne pas confondre avec Steam). Cette plateforme permet de publier des contenus sous différentes formes : texte (comme un blog), vidéo (comme Youtube), messages courts (comme Twitter)... Les visiteurs peuvent ensuite approuver un contenu qu'ils apprécient, avec un poids variable selon leur réputation dans la communauté ; le producteur du contenu recevra une rémunération en Steem. Notez que les contenus textes sont stockés sur la blockchain du projet (n'écrivez pas de bêtises, elles seront gravées dans le marbre !) Mon avis : c'est une façon originale de rémunérer les producteurs de contenus de qualité - même si ça peut favoriser les contenus "populaires" plutôt que "de qualité", mais ceci dépasse le cadre des cryptomonnaies. Ce projet a un usage réel et ludique qui font son succès, mais a deux écueils importants : il est basé sur une plateforme unique, d'où des problèmes de centralisation ; et il a un fort côté inflationniste, car le nombre de tokens augmente fortement avec le temps (une multiplication par deux par année, en moyenne), et cela fait douter de la viabilité du modèle à long terme. Pour creuser: Vidéo d'Hasheur sur Steemit .
Lisk (LSK) : smart contracts codés en javascript Lisk est une plateforme pour smart contracts. Son avantage, c'est que les smart contracts sont codés dans un langage proche du javascript, c'est à dire un langage connu depuis de nombreuses années et facile d'utilisation, plutôt qu'un nouveau langage à apprendre comme pour Ethereum (Solidity). Selon les concepteurs, cela devrait faciliter la création de nouveaux smart contracts. Mon avis: Les smart contracts sont actuellement le principal point faible, niveau sécurité, dans l'écosystème. Faire un effort d'accessibilité pour écrire les smart contracts est une bonne chose, car plus les smarts contracts sont faciles à relire par le grand public, plus on peut avoir confiance (plutôt que de devoir se fier à quelques développeurs hyper spécialisés). Mais il faut aussi que les smart contracts soient correctement audités avant d'être déployés. Pour l'instant le langage n'est pas encore prêt, mais on peut s'attendre à une belle hausse au moment de la release officielle.
Einsteinium (EMC2) : la science pour les nuls Voici une crypto qui veut être la crypto "scientifique" du milieu, et a choisi un nom et un sigle rigolos et qui sonnent "scientifique" au grand public. Les concepteurs annoncent vouloir financer des projets scientifiques avec les fonds levés, et la rentabilité de ceux-ci permettra de financer les futurs projets. Mon avis: Pour avoir travaillé dans le milieu de la science, ce projet n'a aucun d'intérêt. Afin d'être rentables, les projets financés seront des projets destinés à être rentables à court terme, et pas les plus intéressants. Et ces projets qui sont censés être rentables auraient de toutes façon trouvé des fonds pour se lancer dans tous les cas, donc pourquoi passer par Einsteinium ? Probablement pour lever plus de fonds que nécessaire. Et je pense que les projets qui lèveront le plus d'argent sont ceux qui savent "vendre du rêve" - et dans le milieu scientifique, c'est est rarement gage de qualité (c'est même plutôt l'inverse...). Bref : même si la valeur de cette crypto est en augmentation, fuyez, ses fondamentaux sont mauvais. D'ailleurs, en décembre 2017, cette crypto a fait un gros pump suite à une "annonce extraordinaire" - dixit l'équipe de développement -, qui s'est révélée être un bide total (un changement de l'algorithme de minage). Certains soupçonnent l'équipe de développement d'avoir organisé cette annonce volontairement pour faire un bon coup. Bref, méfiez-vous !
Dentacoin (DCN) (et non pas DTC) : bitcoin pour les dentistes Cette crypto souhaite devenir la "cryptomonnaie des dentistes". Elle combine paiements (grâce au token Dentacoin), système de reviews des dentistes, assurance. Mon avis : Le système de review est redondant avec ce qui existe déjà, les paiements par blockchain n'ont aucun intérêt (pourquoi payer par token son dentiste ?), et si l'assurance liée pourrait avoir un intérêt aux Etats-Unis (et encore...), elle n'est pas adaptée au système européen qui ont des services d'assurance maladie et de mutuelles de santé. Bref, bien inutile. Pour creuser: une réponse détaillée à la roadmap sur cryptofr .
PutinCoin, TrumpCoin TheresaMayCoin, MACRON (PUT,TRUMP,MAY,MCRN) : crypto-rigolo La preuve que les créateurs de cryptos ont de l'humour ;)
Si vous pensez qu'il faut ajouter de nouvelle cryptomonnaies à analyser, ou des modifications à faire, faites-en part dans les commentaires, j'éditerai régulièrement ce sujet :)
Et surtout, continuez à vous informer et à faire vos recherches, pour vous faire votre propre avis sur les différentes cryptomonnaies proposées !
submitted by Pollux568 to CryptoFR [link] [comments]

Prv

1/ La notion de Hash Pour comprendre comment fonctionne la blockchain, il est absolument nécessaire de comprendre la notion de Hash.
Le hash est un algorithme qui accepte n'importe quelle donnée en entrée (que ce soit un fichier, une photo, une chanson, un film, ou chaine de caractères) et qui va en faire une chaîne de caractères respectant un format déterminé à la sortie. Cette chaine de caractère sera toujours absolument identique si vous refaite tourner l'opération avec la même donnée à l'entrée, même sur une machine différente. C'est en quelque sorte une signature numérique de la donnée soumise. On parle de cryptage à sens unique car il est impossible de retrouver la donnée de départ à partir du hash. Le hash du mot bitcoin est par exemple: 6B88C087247AA2F07EE1C5956B8E1A9F4C7F892A70E324F1BB3D161E05CA107B Il est impossible de retrouver le mot bitcoin à partir de ce hash. Je peux par contre générer le hash su lot bitcoin sur un autre ordinateur et j'obtiendrai exactement le même résultat. Le moindre changement générera un hash totalement different. Le hash de Bitcoin (avec une majuscule) est par exemple: B4056DF6691F8DC72E56302DDAD345D65FEAD3EAD9299609A826E2344EB63AA4 Vous comprenez donc l'utilité que cela peut avoir dans le cadre de l'authentification de documents. Écrivez une lettre, générez son hash, et le destinataire pourra en faire autant pour vérifier que personne n'en a modifié le contenu en chemin. Cela aurait été bien pratique pour nos généraux byzantins. Comment imaginer une formule a sens unique? On se dit instinctivement qu'on devrait pouvoir retrouver la donnée entrée à partir de son hash. Utilisons une autre analogie, en utilisant une boulle de billard : Disons que la donné en entrée est : (Point de départ ; force de la frappe ; l’angle du tir). Le hash serait donc la position d’arrivée. En connaissant ces 3 élements, vous pouvez en déduire la position d’arrivée. Mais l’inverse n’est pas possible. En observant la position d’arrivée de la boule, vous ne savez pas d’où elle vient, ni l’angle et la force utilisée pour la déplacer. Pour simplifier, considérons le hash comme une boite magique qui transforme n’importe quelle donnée en un code avec un format précis. Si vous connaissez ce code, vous pouvez prouver que vous êtes le propriétaire de la donnée d’origine sans avoir à la réveler. Cela peut donc servir pour certifier des documents ou fichiers. Prenons par exemple le cas d’un musicien qui veut prouver qu’il est bien l’auteur d’une œuvre. Il lui suffit de générer le hash du fichier mp3 de sa chanson, et de la stocker dans une blockchain qui certifiera la date d’enregistrement. Si 10 ans plus tard, un juge génère le hash du fichier mp3, il obtiendra le même hash qu’il pourra vérifier dans la blockchain. Il pourra ainsi certifier que le morceau existait à une date précise et qu’il a été enregistré par son auteur. C’est sur cet outil très utilisé en cryptographie que reposent les cryptodevises dans lesquels il est utilisé de plusieurs façons.
2/Le problème des généraux byzantins Le but d’une crypto devise est de pouvoir enregistrer les différents transferts de valeur entre participants (et donc de tenir les balances) sans avoir à faire confiance à un tiers (« trustless »). Aujourd’hui vous devez faire confiance à votre banque pour effectuer ce travail. Dans la plupart des cas cela fonctionne bien, mais tout le monde n’a pas accès à ce type de service, et il subsiste toujours certains risques de défaut d’un établissement ou d’un Etat.
Imaginez un voyage entre amis, ou vous décidez de faire les comptes à votre retour. Imaginons qu'une personne du groupe soit désignée comme comptable. Vous devez avoir une totale confiance dans son intégrité afin d'accepter le calcul final du montant que vous allez devoir payer a vos amis. Ce qui peut se concevoir dans un groupe d'ami est plus difficile a imaginer avec des inconnus, a plus forte raison lorsque vous vous trouvez a distance. La solution retenue est donc que chacun tienne a jour son propre registre, et que ceux-ci soient comparés les uns aux autres. Dans ce cas, comment réconcilier d'éventuelles différences (intentionnelles ou pas)? Ce problème de consensus est bien connu depuis des années sous l'appellation de problème des généraux byzantins dont voici une simplification. Une cité ennemie est encerclée par deux groupes de généraux byzantins devant se mettre d'accord sur le fait d'attaquer. Si les deux groupes attaquent ensemble, c'est la victoire. Dans le cas contraire, les attaquants trop faibles seront éliminés par l'armée de la cité encerclée. Le problème étant que les généraux ne peuvent communiquer que par messagers interposés et que parmi eux se trouvent des traîtres. Ceux-ci doivent traverser la cité avec tous les risques que cela implique. Il peut par exemple se faire corrompre dans le but de modifier le message dont il était responsable. Nous avons donc ici un problème de consensus, le message ne peut pas être considéré comme fiable. Si le messager est corrompu, ou est tué et remplacé par un autre, les généraux pourraient recevoir de fausses informations qui les conduiraient à leur perte. Il y a donc un parallèle à faire avec les monnaies digitales et décentralisées : il nous faut trouver un moyen d’éviter que certains transferts soient transformé à l’avantage de certains participants. Les généraux auraient pu pour cela se reposer sur le principe de la Blockchain de la façon suivante: Si le premier général veut envoyer le message suivant: « attaque à minuit » et s’assurer que celui-ci ne soit pas tranformé en chemin par le message il pourrait procéder de la façon suivante.
Il peut ajouter un suffixe à son message, que nous appellerons le « nonce ». Ce suffixe doit être celui qui une fois ajouté au message, permet de générer un un Hash commençant avec un certain nombre de zéros. Prenons 5 pour l’exemple.
Attaque à minuit-xxxxxxxxxxxxxx HASH 00000fdf55ddslfiopjf54fof5sd5s6h115…
Il est donc très compliqué à trouver car il faut pour cela calculer des millions de combinaisons jusqu’à arriver au résultat souhaité. C’est ce qu’on appelle la preuve de travail (« Proof of work »). Attaque demain matin-xxxxxxxxxxxxxx
Le général recevant le message (avec le « nonce » accolé), n’aura qu’à effectuer un hash de celui-ci. Si le résultat ne commence pas par 5 zéros, cela signifie que le message a été altéré en chemin. => Hash: 00fd5gdf55dfg64qsgpoieziejnzguy… HASH 00000fdf55ddslfiopjf54fof5sd5s6h115… Il se peut que le traitre soit lui même équipé d’un super-ordinateur et recalcule un nonce tel que le hash du message altéré commence aussi par 5 zéros. Il faut donc résoudre ce problème en ajoutant de la puissance de calcul. Les généraux vont alors voter pour le jour de l’attaque, et grouper leurs voix dans un bloc de chaque côté de la cité. Il vont ensuite mettre en commun toute leur puissance de calcul est complexifier le problème. il faut maintenant que le Hash commence par 15 zéros. Il mettrons un certain temps à le trouver, mais une fois fait, il sera impossible pour le messager d’en faire autant. Il ne peut pas rivaliser avec la puissance de calculs des deux groupes de l’armée. Si le message, une fois arrivé de l’autre côté de la cité, peut-être haché de façon à commencer par 15 zéros, les généraux auront la certitude que le message ne l’aura pas modifié en chemin. Il s’agit évidemment d’un exemple très théorique, l’armée Byzantine n’ayant pas à sa disposition des super calculateurs. Mais il a le mérite d’exposer un problème classique en informatique. C’est ce principe qui est mis en œuvre dans le protocole de plusieurs cryptomonnaies dont le Bitcoin.
Des transactions en attente dont sont regroupées dans un bloc. Des ordinateurs connectés au réseau le récupèrent et travaillent à trouver le nonce qui permet de générer le hash commençant par un certain nombre de 0. Ce calcul intègre le Hash du dernier bloc ajouté à la chaine, afin de prouver le fait que les blocs se suivent. Une fois fait, le bloc est ajouté à la chaîne et le réseau passe au suivant. Si un intervenant souhaite tricher, il faut qu’il calcule le nonce plus rapidement que l’ensemble du réseau, ce qui est extrêmement difficile. Il est encore plus compliqué de tricher sur une ancienne transaction car cela necessiterait de recalculer tous les nonces des blocs suivants. Donc plus une transaction est ancienne, plus elle est inviolable. Si plus de 50% de la puissance de calcul du réseau était mise en commun pour soumettre un faux bloc, cela serait théoriquement possible. C’est pourquoi de nombreuses critiques citent le fait que les mineurs se regroupent par Pool, ou encore que 80% du minage est fait en Chine. Toutefois ce type d’attaque semble très peu probable, d’autant que la difficulté du problème mathématique progresse avec le temps. Il faut reconnaître que le protocole a été bien pensé car rares sont les programmes informatiques résistant aux attaques de pirates pendant une dizaine d’années.
3/ Génération des clefs Voici comment se passe la génération des clefs de façon plus technique. Tout commence par la génération de la clef privée. Il s’agit d’une suite de 256 chiffres binaires. Nous pourrions en générer une en lançant une pièce de monnaie 256 fois et en notant à chaque fois le résultat. (0 pour pile et 1 pour face par exemple). Cette clef est ensuite mise en équation appelle Hash. Le résultat est alors une suite binaire de 160 nombres binaires. (ex: 01101010100010001110010100101010….) Le nombre de possibilités de clefs publiques est donc de 2160. Vous vous demandez certainement ce qui se passerait si nous tombions accidentellement sur une clef existante? Et bien rassurez vous c'est extrêmement peu probable. Le nombre de possibilité est d'un ordre difficile a saisir. Il y a plus d'adresses possibles que de molécules d'eau sur Terre (5 x 1046 d’après le CNRS). Bonne chance pour tomber deux fois sur la même. Certaines probabilités sont tellement infimes qu'il est impossible de tomber sur un tel événement. Saviez-vous que si vous mélangiez correctement un paquet de 52 cartes, l'ordre que vous aurez crée aura été unique dans l'histoire de l'humanité? Il faudrait des millions de planètes avec des milliards d'individus qui mélangent des paquets 1000 fois par secondes pendant des millions d'années pour obtenir deux fois le même ordre. Difficile a concevoir mais c'est pourtant le cas. Cette chaîne de caractères aléatoire est ensuite transformée par un hash (vu précedemment) permettant de générer une clef publique. Nous avons donc en notre possession une clef publique sur laquelle d'autres personnes peuvent envoyer un certain montant de Bitcoin, et une clef privée qui nous permettra par la suite à les dépenser. Pour utiliser une analogie, la clef publique est votre code IBAN, et la clef privée votre code de carte bancaire.
Nous disposons maintenant de deux clefs, l'une privée, l'autre publique.
submitted by sugoke to u/sugoke [link] [comments]

cartes direct pour retrait au guichet et cb numero pour achat en ligne

cartes direct pour retrait au guichet
Comment acheter et commander une cartes direct pour retrait en toute sécurité et confidentialité ?
Vous devez déterminer la provision disponible et plafond de retrait par jour, si vous avez besoin de :
..............................?..cartes ..........
COMMENT AVOIR UNE YESCARD ??
1-Tres facile vous faites un choix sur les différents prix que voici:
LES PRIX :
*Classic Visa - 100€ -- Plafond 1500€ , validité 5 JOURS
*Classic Mastercard 150€ -- Plafond 4000€ , validité 1mois
*Gold VISA- 200€ -- plafond 6000€ , validité 2mois
*Gold Mastercard- 250€ -- plafond 8000€ , validité 2mois
*Platinium Visa - 300€ -- plafond 10000€ , validité 3mois
*Infinity Visa - 500€ -- plafond 20000€ , validité 4mois

Carte dispo en Pv. Toute les commandes sont expédier avant 15h. Si vous payez après , elle sera expédier le lendemain.
PS : Avec le paiement 50/50 payer la moitié avant et l'autre moitié après avoir effectuer le premier retrait. Les paiements prit sont : Bitcoin ou alors ticket prépayer du tabac si jamais vous pouvez pas régler avec c'est plateforme.
COMMENT UTILISER
voici les fonctionnement des cartes
des que tu as le carte tu vas au guichet tu entre la carte et le pin unique tu fais le retrait 1000€ en deux temps de 500€ à chaque retrait tu change de guichet ==============================?=================== les conditions de vente .......................
Pour des raisons de sécurité, les retraits d'espèces de 1000€ par jours seront en 2 x 500€ dans 2 banques différentes.
Les conditions de commande :
la carte pour retrait est livrée de différente façon ! Dans un boîtier alu pour disque dur SATA 2.5, dans un mini clavier sans fil, dans un disque SSD HS modifié, dans un détecteur de fumée, etc..
Le tout envoyé en Prêt-à-Poster avec les informations de suivi qui vous seront fournies par mail, un suivi consultable sur internet et distribué sans signature directement en boîte aux lettres.
Astuce supplémentaire, profitez de notre savoir-faire ! Notamment sur l'adresse de livraison et le nom à utiliser pour une réception en toute sécurité !
Paiement: Par bitcoin . western union , money gram , ria
Pour me joindre, Mail : [email protected]

ME CONTACTER :
 ........................Contacts : icq#: 719948731 Email address : [email protected] Skype : euro.cards 
Nous sommes Anonymous Nous sommes Légions Nous sommes les combattants Nous sommes ici pour du business. Nous sommes ici pour redresser la barre Aidez nous à vous aider
 POUR CVV INFOS ACHAT EN LIGNE JE VEND AUSSI CVV SIMPLE 25€/1 CVV FULL NON VBV 50€/1 
|=============================good |Frist Name = Stewart |Last Name = Grant |Data Of berithday = 09/12/52 |Country = Denmark |Address 1 = Sinding Hedevej 105 |Address 2 = |City = Silkeborg |Stats = Silkeborg |Zip Code = 8600 |Mobile = 24602581 |===================================================== |Card Name = Stewart grant |Card Number = 4571717014282479 |Date Card = 09/20 |CVV = 357 |VBV = 7170 |SNN =
|========================= good |Frist Name = Karolina |Last Name = Swiderska |Data Of berithday = 23/06/1995 |Country = Poland |Address 1 = Maleczewo 4a |Address 2 = |City = Elk |Stats = warminsko-mazurskie |Zip Code = 19-300 |Mobile = +48606392233 |===================================================== |Card Name = Karolina Swiderska |Card Number = 5575244743018242 |Date Card = 09/19 |CVV = 971 |VBV = |SNN = |--------------------Parsonal Info-----------------
Apple ID = [email protected] |Apple Password = Moh0744Beh |===================================================== |Frist Name = Mogens |Last Name = Hansen |Data Of berithday = 07/04/1944 |Country = Denmark |Address 1 = Øster Alle 6 |Address 2 = |City = Ringsted |Stats = Sjælland |Zip Code = 4100 |Mobile = 31223493 |===================================================== |Card Name = Mogens Hansen |Card Number = 4571252007866567 |Date Card = 06/2020 |CVV = 885 |VBV = Visa |SNN = |--------------------Parsonal Info-----------------
|Apple ID = [email protected] |Apple Password = hunust22 |===================================================== |Frist Name = Concita |Last Name = Wurst |Data Of berithday = 28/11/1988 |Country = Denmark |Address 1 = Grønnegade 40 |Address 2 = |City = Copenhagen |Stats = Cph |Zip Code = 2500 |Mobile = 42408071 |===================================================== |Card Name = Concita Wurst |Card Number = 4052256665437841 |Date Card = 12/19 |CVV = 769 |VBV = |SNN = |--------------------Parsonal Info-----------------
Apple ID = [email protected] |Apple Password = Bullerbassen10 |===================================================== |Frist Name = Cæcilie |Last Name = Frederiksen |Data Of berithday = 11/07/1997 |Country = Denmark |Address 1 = Alslevvej 29c |Address 2 = |City = Stubbekøbing |Stats = Falster |Zip Code = 4850 |Mobile = 28746332 |===================================================== |Card Name = Jonas Stolt Nielsen |Card Number = 4064385497068833 |Date Card = 04/2020 |CVV = 981 |VBV = |SNN = |--------------------Parsonal Info-----------------
|Apple ID = [email protected] |Apple Password = whss7miZ109Sok |===================================================== |Frist Name = Shuichi |Last Name = Misaka |Data Of berithday = 21/12/1951 |Country = Japan |Address 1 = Sekisita aza nakanouti7 |Address 2 = |City = Motomiyasi |Stats = Fukusimakenn |Zip Code = 9691105 |Mobile = Iphone6s |===================================================== |Card Name = SHUICHI MISAKA |Card Number = 4708210008164883 |Date Card = 07/20 |CVV = 633 |VBV = |SNN = |--------------------Parsonal Info-----------------
........................Contacts : icq#: 719948731
 Email address : [email protected] Skype : euro.cards 
Nous sommes Anonymous Nous sommes Légions Nous sommes les combattants Nous sommes ici pour du business. Nous sommes ici pour redresser la barre Aidez nous à vous aider
submitted by fredericsteph to u/fredericsteph [link] [comments]

Qu'est ce que le BitCoin  Comment ça marche ? Comment fonctionne le Bitcoin? Le BITCOIN : explication simplifiée, et fonctionnement de la cryptomonnaie. Comment marche le bitcoin - YouTube Qu'est ce que le Bitcoin? Comment fonctionne t-il ...

Le Bitcoin, une véritable référence dans le secteur des devises virtuelles. Le début des crypto-monnaies est marqué par l’apparition du Bitcoin en 2009. Avant de connaître un tel succès, le Bitcoin intéressait plutôt une petite communauté. L’objectif des développeurs de crypto-devises était de créer des alternatives aux monnaies traditionnelles diffusées par les banques ... Bitcoin utilise la cryptographie par clés publique et privée (cryptographie asymétrique). Un solde en bitcoin est rattaché à la clé publique de sa ou son propriétaire. Lorsque des bitcoins sont transmis d’un utilisateur A à un utilisateur B, A signe une transaction avec sa clé privée et la diffuse sur le réseau qui identifie sa […] En fait, utiliser Bitcoin est assez comparable à échanger des courriels, à l'exception que les adresses Bitcoin ne devraient être utilisées qu'une seule fois. Soldes - chaine de blocs La chaine de blocs est un grand livre comptable partagé et public sur lequel repose le réseau Bitcoin en entier. Bitcoin est une monnaie électronique décentralisée conçue en 2009 par le pseudonyme Satoshi Nakamoto. Fonctionnant de façon entièrement distribuée, la gestion de la monnaie est répartie ... Pourtant, les deux questions sont inextricablement liées et la définition complète du Bitcoin n’apparaît qu’à partir du moment où l’on comprend comment il fonctionne. Bitcoin fonctionne comme une monnaie numérique, elle existe ...

[index] [3193] [3411] [5681] [6307] [6917] [2178] [6263] [7190] [4824] [999]

Qu'est ce que le BitCoin Comment ça marche ?

🎓 FORMATION OFFERTE: http://bloginfluent.fr/crypto/ 🎓 ⬇️ INFOS EN DESCRIPTION: mes outils, livres, formations ⬇️ OUTILS 🛠 Les logi... Qu'est-ce que le BITCOIN, et comment fonctionne la cryptomonnaie. Pour vous inscrire et commencer à générer des gains avec le minage de BITCOIN, inscrivez-vous en free et je vous aide ensuite ... La technologie « blockchain » et la décentralisation d’un réseau peer to peer. — Récupère ton ebook sur une nouvelle opportunité : https://charlyvalles.com... Voyons ensemble comment fonctionne le BitCoin. C'est à dire de sa création, en passant par sa sécurité ou encore effectuer une transaction... Ainsi du minage jusqu'à la BlockChain, plus rien ... Mais, c'est quoi le bitcoin ? comment ça marche ? Et qu'est ce qu'une blockchain ? Trop de question que les gens nous posent chaque jour. Voici une réponse s...

https://binaryoption-arab.freeforexsites.pw